Végétal en ville : Halte aux allergies !

En France, on estime entre 10 et 20 % la part de la population allergique au pollen. Ce chiffre est en constante augmentation, particulièrement en ville où, malgré une présence plus faible de la végétation comparativement à la campagne, la proportion de personnes allergiques est plus élevée. Une situation paradoxale qui tiendrait au fait que l’organisme des citadins serait plus sensible et donc plus réactif aux allergènes. La nécessité de rendre la ville plus confortable pour tous invite aujourd’hui les gestionnaires des espaces verts à réfléchir à des parades faces aux risques allergiques.

1Caractérisée par les mêmes symptômes que la rhinite, l’asthme ou la conjonctivite, l’allergie au pollen, appelée pollinose, est une maladie chronique qui affecte la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes. Cette maladie environnementale est due majoritairement aux espèces anémophiles dont la dispersion du pollen s’opère grâce au vent. Ces dernières libèrent des quantités de pollens plus importantes que les espèces entomophiles pour lesquelles les chances de fécondation sont plus élevées. Les pollens très légers des espèces telles que les bouleaux, peupliers ou aulnes peuvent ainsi être déplacés par le vent sur des centaines de kilomètres entraînant de vastes zones à risques allergiques.
Alors que les bienfaits de la végétalisation en ville ne sont plus à démontrer, nos arbres peuvent causer de véritables problèmes sanitaires. Comment gérer ces désagréments sans pour autant remettre en cause la présence de la végétation ?

...retrouvez l’intégralité de cet article dans Horticulture et Paysage n°171 Avril 2016  Je m’abonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *