pena

A l’Institut du monde arabe, la visite de l’exposition “De l’Alhambra
au Taj Mahal”
se poursuit et s’achève dans un jardin contemporain,
réinterprétant toutes les constantes du jardin arabo-musulman,
où le visiteur découvre au terme de sa traversée, l’image
recomposée d’une magistrale anamorphose végétale, le polygone
étoilé, par François Abélanet. Au centre d’un jardin éphémère
exceptionnel de 2 000 m², spécialement conçu par le paysagiste
Michel Péna.

Retrouvez l’intégralité de l’article de HP 173 Juin-Juillet 2016, abonnez-vous

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Jardins d’Orient : un jardin éphémère, un projet inédit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *