Beaucoup de paysagistes réalisent pour des maîtres d’ouvrage
des études “préalables” et se posent ensuite la question de la légalité de leur réponse éventuelle au marché qui suit le plus souvent
ces études. Un point doit donc être fait sur cette situation.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Janvier 2018, abonnez-vous

Les études préalables
et la réponse au marché subséquent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *