Le droit des marchés publics prévoit trois types d’avances dont
le but est d’aider les entreprises à préfinancer les marchés
qu’elles obtiennent. Malheureusement, les maîtres d’ouvrage
utilisent très mal cet outil d’interventionnisme économique voire
ne le connaissent même pas. Pire, lorsque l’avance est obligatoire, certains maîtres d’ouvrage essaient de faire en sorte de ne pas
la verser.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Février 2018, abonnez-vous

Savoir intégrer des avances dans les marchés publics (partie 1)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *