dst-loos

Transformer, sans bouleverser, les paysages de Loos-en-Gohelle (62), une ancienne cité minière de moins de 7 000 habitants
avec des budgets très limités et des impôts a minima (65 %
de la population n’en paye pas) n’est pas évident : il s’agit de réduire encore les dépenses, de trouver des alternatives aux contrats aidés, essentiels jusque-là, tout en engageant des travaux de rénovation pour que la Ville consomme moins d’énergie qu’elle n’en produit.
Un challenge que tente de remporter Didier Caron, directeur
des services techniques de la Ville.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Février 2018, abonnez-vous

Transition verte d’une ville noire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *