La phrase

phrase

“Même si les données récoltées restent encore à exploiter, l’étude sur les îlots de chaleur urbains est déjà un plaidoyer pour le maintien et l’introduction de l’eau et du végétal en ville” indique Marie-Lise Baraud, chargée de mission adaptation changement climatique
à la Métropole européenne de Lille.

L’îlot de chaleur urbain (ICU) désigne l’élévation localisée des températures enregistrées en milieu urbain par rapport aux températures moyennes régionales ou aux zones rurales et forestières. La mesure de la différence des températures porte sur les températures maximales diurnes et nocturnes. A l’aide, notamment, de stations météo disséminées dans différents endroits représentatifs du tissu urbain de la métropole, mais aussi de caméras thermiques, l’agence d’urbanisme de Lille a pu mesurer les ICU. Objectif : mieux comprendre ces ICU, leurs causes également, pour les prendre en compte dans les prochains aménagements. Résultats : des matériaux (couleur, rugosité…) ont plus d’influence sur les ICU, les végétaux sont bénéfiques pour le climat urbain… “Même si les données récoltées restent encore à exploiter, l’étude sur les îlots de chaleur urbains est déjà un plaidoyer pour le maintien et l’introduction de l’eau et du végétal en ville” indique Marie-Lise Baraud, chargée de mission adaptation changement climatique à la Métropole européenne de Lille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *