L’agriculture en ville, faite de continuités et de ruptures, de technologies et de pratiques ancestrales, développent des formes économiques, architecturales et sociales pour le moins innovantes : pendant que des potagers poussent sur les toits, des fermes dites ‘urbaines’, installées au cœur ou en périphérie des villes, remplacent le bitume et constituent de nouveaux espaces nourriciers. Qui sont les acteurs de cette filière atypique ? Sont-ils soumis à des normes spécifiques, notamment en matière de fertilisants organiques et de supports de culture ? Peuvent-ils utiliser du compost ‘maison’ ? Eléments de réponse.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2018, abonnez-vous

Agriculture urbaine : un système de production ‘hors normes’ ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *