Les Français bougeraient plus si…

… les infrastructures sportives, les espaces verts et les modes de déplacement doux étaient plus nombreux et bien évidemment accessibles. C’est l’un des nombreux enseignements de l’Etude européenne sur la sédentarité*. Défenseurs de la santé publique, les collectivités ne doivent donc plus seulement le constater, mais agir et bâtir une ville suscitant davantage l’activité physique.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Août-Septembre 2018, abonnez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *