Avec l’émergence et l’utilisation plus soutenue des biostimulants,
la production d’inoculum mycorhiziens et bactériens augmente. Encore faut-il éviter les souches opportunistes, peu efficaces,
et opter pour celles ayant uniquement un effet bénéfique
sur la croissance des végétaux d’intérêt. Le point suite
aux 5e journées francophones des Mycorhizes…

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Octobre 2018, abonnez-vous

Inoculum : des combinaisons encore incertaines ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *