Alors que l’érosion de la biodiversité devient de plus en plus préoccupante, l’usage intensif de la lumière artificielle, perturbant les cycles biologiques de la faune et de la flore, est pointé du doigt. Les solutions ? Changer les luminaires défaillants, réorienter les flux
en direction du sol… mais surtout, opter pour un éclairage ‘smart’, programmé en fonction des besoins.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Octobre 2018, abonnez-vous

Pollution lumineuse : comment lutter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *