Bancs : l’élégance urbaine

Reprenant les codes de l’univers nautique, le banc ‘Epure’ de Tôlerie Forezienne associe deux matériaux nobles : l’inox et le chêne. Un banc chic et design.

Classiques ou modernes, les bancs meublent la ville de mille et une façons. Si la plupart des modèles s’intègrent avec discrétion dans l’espace public, d’autres s’affranchissent de cet impératif et affirment une identité forte. Motifs ajourés ou modérés, couleurs ‘pop’ ou naturelles, formes contemporaines ou traditionnelles… il y en a pour tous les goûts ! Ainsi les fabricants de mobiliers urbains ont-ils imaginé des bancs au design bien différent. Lesquels sauront satisfaire les collectivités ?

Un banc n’est pas qu’un banc. C’est un repère, une création, un objet urbain, un service public à lui seul (celui de s’asseoir !) et, pour certains, le prolongement direct de la politique menée par les élus. A travers le banc, qui représente un service public primaire, les citadins et les touristes ont ainsi bonne ou mauvaise opinion de la ville. Et s’il disparait, sous la pression parfois un peu poussive de la densification urbaine, ces derniers protestent. Logique, car le banc offre un instant de pause appréciable en toute circonstance et crée inévitablement du lien. Ivan Nouaille-Degorce, président d’Acropose, le confirme : “les bancs sont au cœur de l’aménagement d’une place ou d’un centre-ville. Ils créent du lien social, permettant à la population de se rencontrer, d’échanger et de se réapproprier l’espace public dans la convivialité”. Alors autant donner au banc la place qu’il mérite dans l’espace public. Surtout que les designers débordent d’imagination…

Produit phare d’une ligne de mobiliers conçus entièrement en acier thermolaqué, le banc ‘Francis’ d’Accenturba (1 880 mm de long) est délicatement poinçonné de motifs géométriques réguliers. La finition du banc, comme l’ensemble des standards de la marque, est réalisée en trois phases : grenaillage, anticorrosion riche en zinc cuit au four et peinture poudre polyester qualité architecture cuite au four.

Matériaux : un large panel

Affirmant l’identité d’une rue, d’un quartier ou de toute une ville, le banc est le support d’expression de divers matériaux. Voici les principaux :

‘Affinité’ de Sineu Graff est une solution d’aménagement qui offre des possibilités illimitées pour aménager le paysage urbain. Modules droits ou courbes, alignement des lattes, avec ou sans dossiers, installation isolée des mobiliers ou installation en configuration, longueur et formes…

• l’acier : recyclable à l’infini, l’acier confère au banc une solidité maximale, surtout en présence de structures mécano-soudées monoblocs. “Tous nos piètements sont construits en acier mécano-soudé, que ce soit en tôle découpée et pliée ou à base de tubes et de profilés plats. Sur certaines collections, le dossier est lui aussi réalisé en tôle d’acier, offrant un contraste intéressant avec les éléments en bois et une possibilité de jeux d’ombres grâce aux découpes” indique Bruno Lebranchu, directeur de la société Accenturba. En personnalisant le mobilier, les découpes laser apportent ainsi une réelle valeur ajoutée à l’aménagement. Côté finition, les peintures offrent de multiples combinaisons. Par exemple, chez Sineu Graff, toutes les pièces en acier sont traitées selon le procédé ‘Powder Blast’. “C’est un process qui, après nettoyage et grenaillage, consiste à revêtir les pièces d’une première couche de poudre époxy et d’une deuxième couche de poudre polyester. Ce système offre la possibilité de personnaliser le mobilier urbain dans les teintes mates, brillantes ou sablées” précise Annekathrin Catherine, responsable marketing de l’entreprise. Autre avantage de l’acier : son entretien, quasi nul. Des points de corrosion ? Un coup de brosse métallique, du papier à poncer et un stick de peinture suffisent. Mais les fabricants ont tout prévu avant d’en arriver là. A l’instar d’Acropose. “Notre entreprise traite systématiquement les métaux par une sous-couche anticorrosion (primaire époxy-zinc, métallisation, cataphorèse ou galvanisation à chaud) puis réalise la finition par application de poudre polyester thermolaquée. Ces techniques permettent de renforcer la résistance de l’acier aux agressions et à la corrosion” indique son président ;

Eco Design propose du mobilier urbain en plastique recyclé de qualité ‘Syntal Acryl’, matériau très dense, résistant, sans entretien, avec un large panel de couleurs (21 teintes différentes ).

• le bois : confortable et chaleureux, le bois (minimum classe 3) est un matériau très utilisé dans la fabrication des bancs, notamment des assises. Un banc avec une assise en bois possède de fortes capacités d’intégration dans de nombreux espaces aux styles architecturaux variés. La sensualité de la matière est révélée : le toucher soyeux du bois renforce la sensation de bien-être. Par conséquent, les mobiliers en bois augmentent l’attractivité de leur site d’implantation. Parmi les essences utilisées par les fabricants : le chêne français/européen, le frêne français/européen, les bois exotiques. Les labels PEFC, FSC et le respect du Règlement Bois de l’Union Européennes (RBUE) garantissent la préservation de la ressource et, indirectement, la qualité du matériau. Les procédés industriels de protection sont également déterminants dans la qualité du bois : application de lasure en émulsion aqueuse par procédé électrostatique, absence de solvants, de filmogènes… ;

Conçu en plastique recyclé, excepté les pieds qui sont composés de fonte, le modèle ‘Olympe’ de Sodilor mime parfaitement un banc d’inspiration historique (acier et bois).

• le plastique recyclé : difficile encore à croire pour certains, mais de simples bouteilles en plastique, des briques de lait ou bien encore des tableaux de bords de voitures peuvent se transformer en bancs publics, aussi solides qu’esthétiques. “Nous proposons du mobilier urbain en plastique recyclé de qualité ‘Syntal Acryl’, matériau très dense, résistant et sans entretien” indique Dorothée Viseux, de la société Ecodesign. De son côté, Sodilor propose une gamme de mobilier urbain en plastique recyclé sous la marque Secosi®. “La liste des avantages du plastique recyclé est longue. Il est imputrescible, inaltérable, ne prend pas l’humidité et résiste aux huiles, acides, à l’eau de mer, ainsi qu’aux UV. Avec une durée de vie estimée à 40 ans, il ne présente pas de risque d’échardes (idéal pour les enfants). C’est une matière revalorisée et recyclable à l’infini qui ne nécessite aucun entretien, ni maintenance. Il contribue à la valorisation des déchets plastiques et entre dans une véritable démarche durable et écologique. En référence, un banc simple représente 3 000 bouteilles d’eau recyclées” complète Aline Bourduge, responsable marketing de l’entreprise. Par ailleurs, suivant les fabricants, les planches et les carrelets en plastique recyclé peuvent être renforcés avec des âmes d’acier zingué ;

Au-delà de son design très contemporain, l’assise Kub d’Acropose a la particularité d’être déclinable à volonté grâce à des assises séparées et modulables, voire multicolores. Ce banc répond aux besoins actuels d’individualisation des assises, tout en intégrant les avantages d’un banc à plusieurs places (économie de budget et gain d’espace par rapport à des assises individuelles isolées).

• le béton : matériaux ultra-solides, les Bétons architectoniques et Fibrés à Ultra Hautes Performances (BFUHP) prennent n’importe quelle forme et revêtent n’importe quelle couleur. Le choix illimité des granulats et des pigments assure la variété décorative du béton ;

Esthétique, le banc ‘Prague’ d’Aréa incarne le design démocratique. Discret, il n’est pas en lutte esthétique avec son environnement mais participe à sa valorisation grâce à la transparence de son dossier en bois, la finesse de ses accoudoirs et de son piétement.

• l’inox : ce matériau confère au banc un aspect très moderne. Seul l’inox 316L garantit performance et durabilité. A utiliser de préférence en bord de mer. Ailleurs, la qualité 304 est suffisante.
Au regard des catalogues des fabricants, bon nombre de ces matériaux se combinent aussi entre eux afin de créer des bancs à l’esthétique unique. Si le mariage ‘acier-bois’ reste un grand classique, les associations ‘béton-acier-bois’ et ‘plastique-acier’ gagnent du terrain.

Réalisé à partir de tôles d’acier de 3 mm d’épaisseur, le banc ‘Lia’ d’Univers&Cité s’adapte parfaitement à un environnement urbain ou à un milieu plus végétalisé.

Formes, couleurs : les fabricants s’adaptent

L’attirance pour un banc plutôt qu’un autre est directement conditionnée par ses lignes, sa silhouette. C’est tout le travail des designers. En tout cas, ceux de Metalco ont été malins en dessinant les assises ‘Alterego’, en particulier les chaises longues qui, assemblées entre-elles sur un bloc forment un véritable banc invitant à la détente. Une réussite. “Nous travaillons beaucoup sur la mixité des matériaux et la modularité des produits.
‘Alterego’ est une alliance de béton, d’acier et de bois sur plusieurs modules (banc, table, pouf, chaise, ombrière…) afin que le maître d’œuvre puisse créer l’espace de vie qu’il souhaite en fonction de son projet” indique Arnaud Avezou, directeur de Mobil Concepts (distributeur Metalco). Même principe chez Acropose avec le banc ‘Kub’, arborant un design épuré et géométrique. “Au-delà de son design très contemporain, l’assise Kub a la particularité d’être déclinable à volonté (dos à dos, côte à côte) grâce à des assises séparées et modulables, voire multicolores. Le banc Kub répond aux besoins actuels d’individualisation des assises, tout en intégrant les avantages d’un banc à plusieurs places (économie de budget et gain d’espace par rapport à des assises individuelles isolées)” assure Ivan Nouaille-Degorce.

‘Alterego’ de Mobil Concepts (Metalco) est une alliance de béton, d’acier et de bois sur plusieurs modules (banc, table, pouf, chaise longue, ombrière…). Ici, trois chaises longues rassemblées forment un banc des plus originaux.

Chez Aréa, finesse et raffinement sont au rendez-vous avec le banc ‘Prague’, qui associe une ossature discrète en acier à des lames de bois très agréables au toucher. Association tout aussi sublime entre l’inox et le bois avec le modèle ‘Epure’ de Tôlerie Forezienne, qui ravira les amateurs de design. Autre mobilier : le banc ‘Lia’, très moderne dans ses lignes. “Le banc ‘Lia’ s’adapte parfaitement à un environnement urbain ou à un milieu plus végétalisé” précise Florence Rigail, d’Univers & Cité. Avec le souci d’apporter de la modernité grâce à des découpes minutieuses et esthétiques, Accenturba propose le banc ’Francis’. “C’est le porte-drapeau d’une ligne de mobiliers urbains entièrement construite en acier thermolaqué. L’idée est de proposer un motif à la fois géométrique et déstructuré, inspiré d’un esprit industriel adapté à notre tendance contemporaine. Comme pour l’ensemble de nos produits, la conception et le design sont soignés afin d’allier une durabilité optimum à des lignes harmonieuses” indique Bruno Lebranchu.
Pour les inconditionnels du plastique recyclé, Ecodesign présente toute une gamme de bancs aux formes classiques mais disponibles en 21 couleurs différentes. Qui a dit que le plastique recyclé était morose ?… Sodilor le prouve tout autant avec le modèle en plastique recyclé ‘Olympe’, mimant parfaitement un banc traditionnel d’inspiration historique (acier et bois).
Enfin, les amateurs de mobiliers élégants et ‘extra-larges’ seront certainement séduits par le modèle ‘Affinité’ de Sineu Graff. “‘Affinité’ est une solution d’aménagement qui offre des possibilités illimitées pour sculpter le paysage urbain. Modules droits ou courbes, alignement des lattes, avec ou sans dossiers, installation isolée des mobiliers ou installation en configuration, longueur et formes …. ‘Affinité’ permet de laisser libre cours à l’imagination pour créer l’espace en phase avec les usages” précise Annekathrin Catherine.
Qu’on se le dise, les mobiliers d’aujourd’hui sont élégants, robustes et durables. Alors faites votre choix !

Des bancs moins coûteux ?

En usine, la plupart des procédés actuels de fabrication minimisent les pertes de matières, ce qui réduit directement le coût du produit final. Certains concepteurs vont même jusqu’à plier des tôles d’acier pour limiter les pertes par découpes et éviter les soudures. Par ailleurs, le choix des matériaux est essentiel afin de trouver le meilleur compromis entre durabilité, coût et robustesse. Dans tous les cas, les collectivités doivent placer la qualité au premier plan. Un cycle de vie allongé, du à des matériaux performants, réduira automatiquement le coût global des produits (remplacement, entretien…).

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Novembre-Décembre 2018, abonnez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *