la phrase

« Nous devons faire preuve de pédagogie pour expliquer l’urgence de la modernisation de l’éclairage intérieur des bâtiments et de l’éclairage public, domaines dans lesquels nous sommes très en retard en France. Et ce retard représente un coût considérable. Pour preuve, le passage de tout le parc français d’éclairage en LED permettrait d’économiser la production de deux réacteurs nucléaires » précise Julien Arnal, président du Syndicat de l’Eclairage.

En savoir plus

Le Syndicat de l’éclairage fédère les acteurs clefs du marché de l’éclairage tous secteurs confondus. Une cinquantaine de membres représentant 7 000 emplois et près 1,2 milliard de CA. A elles seules, ces entreprises conçoivent et produisent plus de 80 % des lampes d’éclairage vendues en France et 70 % des luminaires pour l’éclairage intérieur ou extérieur.

Présidé depuis 2017 par Julien Arnal, ce syndicat professionnel, qui travaille en réseau avec tous les acteurs de l’éclairage, entend être bien plus qu’un défenseur des intérêts des fabricants. « Aujourd’hui les industriels de la filière évoluent en croisant les technologies de l’électricité et du numérique, avec en toile de fond les enjeux de la transition écologique et de l’économie des ressources. Les potentiels de l’éclairage intelligent sont énormes et notre mission est d’accompagner nos adhérents dans leurs démarches de progrès et d’innovation. Nous devons faire preuve de pédagogie pour expliquer l’urgence de la modernisation de l’éclairage intérieur des bâtiments et de l’éclairage public, domaines dans lesquels nous sommes très en retard en France. Et ce retard représente un coût considérable. Pour preuve, le passage de tout le parc français d’éclairage en LED permettrait d’économiser la production de deux réacteurs nucléaires » précise Julien Arnal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *