Comment bien choisir
une mini-pelle

RECEVEZ LE GUIDE D’ACHAT MINI-PELLES, ICI

Entre 0 et 6 tonnes, il y a des centaines de modèles, proposés par des dizaines de marques (très) connues. Toutes vantent les mérites et les prouesses de leurs bolides sur chenilles. Comment bien choisir sa mini pelle ? Comment trouver le meilleur modèle qui soit ? Sur quels critères techniques se baser ? Eléments de réponse.

Pour commencer, il faut analyser le besoin et le budget. Et surtout se poser les bonnes questions. À quoi et quand va servir cet outil ? Est-ce la machine « principale » de l’entreprise, comme pour un paysagiste ou un terrassier spécialisé dans les trous de piscine ? Est-ce pour une utilisation occasionnelle, comme un maçon pour les fondations d’une maison ? Est-ce pour un usage « intense » (plusieurs heures effectives) chaque jour ou seulement quelques heures de façon irrégulière dans la semaine, comme en création de réseau ou en aménagement urbain ? Cette première question va déjà considérablement orienter sur une première tendance, comme un achat neuf ou d’occasion. Vient ensuite la question du gabarit. Quel tonnage choisir ? La gamme est large entre 0 et 6 tonnes. Comment la pelle sera-t-elle transférée ? A-t-on de quoi être autonome dans l’entreprise ? Si oui, quels sont les moyens mis à disposition ? Derrière un utilitaire 3,5 t, dans un ampliroll, sur un porte char ou un plateau ? Jusqu’à 2,7 t à priori, pas trop de soucis. Avec une remorque légère, on emmène sans problème la mini pelle et ses équipements dans la limite légale des 3,5 t de PTRA. Au delà, la question se pose : peut-on la déplacer seul, ou faut-il sous traiter chaque transfert ce qui représente un coût évident. Mais la productivité et le rendement entre une mini pelle de 2,5 t et une autre de 5,5 t ne sont vraiment pas les mêmes. Une fois ce premier critère défini, on peut s’attaquer à la partie technique.

CRITERES OBJECTIFS… ET SUBJECTIFS

Les voici : le prix, les performances, la consommation, le coût d’exploitation le confort, la réputation de la marque, la facilité de maintenance, le look et le SAV du distributeur.

Certains attacheront davantage d’importance à la marque, à la (bonne) réputation du distributeur, ou de son lien avec le commercial, d’autres à son prix d’achat ou sa facilité d’entretien. Libre à chacun de mettre le curseur où il le souhaite, mais il est important d’avoir pris en compte l’ensemble de ces données pour faire un choix raisonné.

TROIS GRANDES ETAPES DE SELECTION

On peut toutefois regrouper les critères d’achat d’une mini pelle en 3 grandes catégories :

• la machine en elle même, avec ses technologies, ses composants, ses spécificités (confort, look…) ;
• ensuite, la partie financière regroupant le prix, et le TCO (coût de possession/h) ainsi que la valeur de revente éventuelle ;

• vient enfin le lien que l’on a avec le distributeur, et plus subjectivement l’attrait de la marque.

LES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES SUR LE PAPIER

Si l’on prend le premier point, on se focalise objectivement sur les caractéristiques de la machine. Version canopy / cabine, compact ou conventionnelle, version confort ou “loueur”, motorisations et composants hydrauliques, éventuel châssis à voie variable ou autres options. La partie canopy/cabine est souvent déterminée par la région. Assez naturellement, on retrouve plus de canopy dans le Sud et de version cabine au Nord de la France, question de climat/météo dominante. Pour les versions compactes ou conventionnelles : la tendance tourne indéniablement au compact, qui facilite l’accès dans les chantiers exiguës et les vilaines rayures sur le contrepoids. Reste que ces versions demeurent logiquement en retrait niveau stabilité, et que ce dernier critère est souvent en tête de liste. Les versions clients/loueurs se distinguent souvent avec deux niveaux de finition, et des composants différents, notamment sur l’hydraulique. On retrouve en effet souvent une pompe sur la version loueur contre deux pour la version client. La climatisation apparaît sur les versions clients, comme des lignes supplémentaires haut débit pour l’utilisation d’outils spécifiques. Les ralentis automatiques et autres fonctions “évoluées”sont souvent installés sur les machines “client”, plus rares sur les loueurs. Les lignes haut débits sont indispensables si l’on veut apporter de la polyvalence à la mini pelle. Un bon système avec de la pression et du haut débit permet en effet de monter de nombreux outils ou accessoires, tels qu’une brosse, un petit broyeur… et de transformer la pelle en réel couteau suisse.

LE CONFORT

Le confort est également impacté par l’ergonomie générale et l’habitabilité de la cabine ou de l’espace opérateur. L’accessibilité est la première sensation appréhendée, avec la largeur de la porte, le positionnement des “mains courantes” ou du marche pied… Vient ensuite l’espace opérateur, avec la disposition des éventuelles pédales au sol, et l’espace restant pour les pieds de l’opérateur, plus ou moins disponible selon les marques, les modèles et tonnages, avec de très grandes diversités en la matière. L’ergonomie, la qualité des plastiques, la disposition des boutons apportent enfin une première impression et un “ressenti” qui peuvent influencer plus ou moins fortement l’achat. Les choix techniques des composants ont aussi toute leur importance parce qu’ils impactent directement les performances et les capacités de la machine. On a vu que le format de la tourelle jouait sur la stabilité, mais elle influe aussi sur les capacités de levage. Ce qui, en fonction des chantiers peut être plus ou moins “génant”. Certains métiers requièrent de grosses capacité de levage (notamment les spécialistes en VRD, qui ont besoin d’abaques conséquentes pour la pose de regards et autres pièces en béton, cuves). Le dimensionnement de l’hydraulique et de la motorisation vont, eux, fournir les « performances » et la contrôlabilité (rapidité, souplesse, progressivité…) de la machine. C’est aussi en partie ce qui fait “l’identité” et le “caractère”. Il en existe pour tous les goûts. Et c’est à l’usage que l’on découvre les sensations, certaines étant de prime abord plus faciles à prendre en main, d’autres nécessitant un temps d’adaptation pour en tirer le meilleur. Attention à bien regarder les spécificités techniques : la plupart des fabricants peuvent proposer deux versions d’une machine de même tonnage, et si les tarifs ne sont pas les mêmes, les composants non plus. N’hésitez pas à demander à tester des machines concurrentes, ou à les louer pour vous faire votre propre opinion. Un test grandeur nature est bien souvent très différent d’une brochure ou d’un catalogue constructeur. Enfin, c’est en condition réelle que vous pourrez juger vous même de la consommation. Au prix du GNR, et avec la suppression progressive de l’abattement fiscal prévu, c’est une donnée qui devrait prendre de plus en plus d’importance.

UN BON ENTRETIEN

Quand on choisit sa mini pelle, il ne faut pas oublier son entretien, courant et périodique. En fonction des marques et des partis pris par les fabricants, on note des différences significatives d’une machine à l’autre. D’une part parce que les constructeurs n’imposent pas les mêmes délais entre deux entretiens, d’autre part car certaines machines ont des accès aux points d’entretien plus ou moins aisés (les cabines basculantes ou non, la grande ouverture des capots, le positionnement des distributeurs à droite, à l’arrière ou sous la cabine.) Certaines pièces, comme les flexibles ou les portes sont plus ou moins naturellement protégés… (portes ouvertes dans le renfoncement de la tourelle). Les matériaux utilisés également pour le carrossage ont aussi une grande incidence lorsqu’ils sont abîmés : certaines pièces sont faciles à redresser et à repeindre, comme des capots moteurs en métal, d’autres nécessitent d’être purement et simplement changées, comme souvent les plastiques.

ASPECT FINANCIER

 

Le critère subjectif (j’aime/j’aime pas) est l’un des aspects subtils qui se montrent souvent parmi les plus déterminants dans l’acquisition d’un matériel de chantier, surtout pour les pelles. L’attractivité d’une marque, ce qu’elle reflète, ce qu’elle évoque. C’est une variable très forte, et certaines marques, plus que d’autres, bénéficient d’un aura spontané et d’un pouvoir d’attraction particulièrement élevé. C’est en quelque sorte le “capital sympathie” qu’elle incarne, souvent renforcé lorsque la force commerciale locale (le distributeur la plupart du temps), est capable de faire vivre la marque. Sauf cas particulier… on leur note souvent par la suite une côte plus élevée à la revente. Un avantage qui s’explique logiquement par des machines plus recherchées, souvent bien entretenues. S’ils impliquent parfois une immobilisation supérieure en trésorerie, ces modèles, globalement plus chers à l’achat, bénéficient en revanche la plupart du temps d’une valeur de rachat supérieure lors d’une reprise ou d’une simple revente sur le marché de l’occasion. Un point important à prendre en compte lors de l’acquisition.

Des mini pelles, telles que le modèle Série R E27 Z de Bob Cat, et de nombreux accessoires proposés par One-TP, sont visibles sur le site Placedupro.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *