Tous les articles par hp

Maromme : l’arbre, une respiration, un poumon vert

A proximité immédiate de Rouen, la Ville de Maromme a su, au fil des années, préserver et renforcer la présence de l’arbre en ville, malgré des contraintes urbanistiques fortes. PLU, veille foncière, recettes de l’exploitation du bois communal, plantations avec les enfants… autant d’outils pour développer le patrimoine arboré urbain, véritable priorité pour l’équipe municipale.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019, abonnez-vous

Moustiques, une diversité de solutions

Chaque année, surtout durant l’été, le calvaire recommence : des piqûres de moustiques incessantes, et cela, même dans nos parcs et jardins en pleine ville et en plein milieu de l’après-midi. Surtout que ces piqûres sont parfois loin d’être inoffensives, à l’image de celles des moustiques tigres de plus en plus nombreux à cause de l’augmentation des températures ou encore des épisodes d’inondations. Il s’agit alors d’agir à tous les stades de développement, en combinant les moyens de lutte.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019, abonnez-vous

Nouvelles autoportées : pour un gazon toujours au ‘top’ !

L’une des nouveautés de Walker est l’autoportée MH 27i. Equipé d’un moteur Kohler de 27 CV EFI (injection directe), cette machine dispose d’un centre de gravité bas pour un équilibre et une répartition du poids optimale. Les plateaux de coupes sont interchangeables avec une plus grande largeur de travail (plateau de coupe de 1,32 m de large).

Malgré un diesel/essence gate soi-disant annoncé, les gestionnaires d’espaces verts ont de loin la culture des ‘autoportées 100 % thermiques’. Coup de chance, les derniers modèles des constructeurs cumulent tous les superlatifs : plus performants, plus maniables, plus confortables… Passage en revue détaillé de l’offre actuelle, marquée notamment par l’essor de nombreuses machines ‘zéro turn’, à 4 voire même 3 roues !

Mêmes si les références des constructeurs continuent leur belle progression sur le marché de la tonte, le segment des autoportées s’enrichit de nouveaux modèles, dont les performances techniques, parfois tant attendues, révolutionnent l’entretien des gazons. D’autant plus que les professionnels d’aujourd’hui se concentrent d’avantage sur leur matériel, faute de main d’œuvre disponible pour entretenir des espaces verts toujours plus étendus et nombreux : il faut tondre vite, bien et sans fatigue ! Et il semblerait que les nouvelles autoportées soient celles que les professionnels attendaient…
Regardons ces modèles d’un peu plus près…

Zéro turn, des modèles prometteurs

Ça bouge du côté des ‘zéro turn’, ces machines capables de tondre des terrains arborés en un rien de temps ! En ce début de saison, les références sont nombreuses et affichent des performances inédites.
• Walker MH 27i (distribuée par Saelen) : dans la gamme Walker, l’une des nouveautés est l’autoportée avec système de coupe frontal MH 27i. Cette machine de 341 kg (sans plateau de coupe) et équipée d’un moteur Kohler de 27 CV EFI (injection directe) dispose d’un centre de gravité bas pour un équilibre et une répartition du poids optimale. “Ces autoportées sont compactes et passent partout : passages étroits, recoins, obstacles, zones d’accès difficiles. Leur système combiné breveté de commande d’avancement et de leviers directionnels permet de les manier du bout des doigts. ‘Zero Turn’, pour des économies de manœuvre et de temps, elles sont également polyvalentes et pratiques avec leurs plateaux et accessoires interchangeables qui permettent de les utiliser toute l’année. Avec le modèle H, cette tondeuse offre une productivité accrue grâce à des plateaux de coupes interchangeables avec une plus grande largeur de travail (plateau de coupe de 1,32 m de large) et une vitesse de déplacement plus importante (16 km/h). Et cela tout en gardant la qualité de tonte et les technologies de travail qui font le succès de la marque” développe Antoine Vinson, manager chez Saelen. De plus, le siège grand confort de ces machines, à suspension totale et position avancée, assure une grande visibilité de l’espace de travail.

Kubota présente le modèle ZD1211. Parmi ses points forts : nouveau kit mulching, siège haut dossier à suspension, moniteur LCD grande lisibilité, nouvelle disposition ergonomique des commandes et possibilité de régler la force d’actionnement des leviers HST aux conditions du moment. L’essieu avant est réglable.

• Kubota ZD1211 : avec un large choix d’autoportées diesel ou essence offrant puissance, qualité et performances professionnelles, la gamme Kubota se compose de plus de 10 modèles, avec ou sans ramassage, pour répondre à tous les besoins. Reconnues pour leur robustesse et équipées de fonctionnalités pensées pour renforcer la productivité, le confort et faciliter d’utilisation de l’opérateur, les tondeuses Kubota couvrent tous les segments, même les plus restreints, comme celui en croissance des tondeuses à rayon de braquage total. Kubota est un des principaux acteurs sur ce segment de marché, son offre particulièrement étoffée sur le marché américain témoigne de son savoir-faire en matière de tondeuses zéro turn. Aussi en France, sur ce segment de marché en expansion où le professionnel ne demande qu’à sélectionner son matériel en fonction de critères de qualité de travail, de confort et de productivité, Kubota Europe vient d’introduire la ZD1211. Dotée d’un moteur diesel de 26 CV et d’une technologie qui garantit une combustion efficace -moins de carburant, de bruit, de vibrations-, cette tondeuse Pro Zéro turn reprend les atouts de sa parente la ZD326, tout en bénéficiant d’innovations judicieuses pour parfaitement répondre aux demandes des professionnels sur ces critères de rendu de tonte et de confort opérateur. Ainsi, le kit mulching a été totalement redessiné pour produire un broyat extrêmement fin et l’étendre uniformément. Avec un siège haut dossier à suspension, un moniteur LCD grande lisibilité, une nouvelle disposition ergonomique des commandes et la possibilité de régler la force d’actionnement des leviers HST aux conditions du moment, la ZD1211 est la nouvelle référence sur ce segment des tondeuses à rayon de braquage total.

Dédiée aux petits jardins urbains, l’autoportée à éjection latérale ZT 3107 T de Stiga est faite pour les espaces verts de moins de 7 500 m². Elle se distingue par une largeur de coupe de 107 cm (3 lames), pour une hauteur réglable de 38 à 114 mm (7 positions grâce à un levier qui se trouve à portée de main au niveau du siège).

• Stiga ZT 3107 T : “prévue pour les petits jardins urbains”, comme le précise Yvan Henriet, le directeur commercial de la marque, cette autoportée à éjection latérale, d’une puissance de 10,1 kW (18 CV), est faite pour les espaces verts de moins de 7 500 m². Elle se distingue par une largeur de coupe de 107 cm (3 lames), pour une hauteur réglable de 38 à 114 mm (7 positions grâce à un levier qui se trouve à portée de main au niveau du siège). Le système de direction à deux leviers permet de manœuvrer avec précision, notamment lorsqu’il y a peu d’espace ou de nombreux obstacles. Cette machine possède aussi des roues avant anti-scalp et un siège confortable. Enfin, une pédale permet de relever et d’abaisser le plateau de coupe sans avoir à éteindre la machine.

Nouveauté chez Grin, la ‘zéro turn’ à 3 roues RM 120, travaillant à moins de 102 dB. Cette machine possède 3 carters séparés, optimisant la pulvérisation de l’herbe.

• Grin RM120 : qu’a réservé la société italienne Grin pour cette année ? Tenez-vous bien, une zéro turn à 3 roues ! D’une largeur de coupe de 120 cm, ce modèle insolite est doté du système de tonte breveté Grin ‘Tondre, Ne plus ramasser, Stop aux déchets’, qui permet de centrifuger et de pulvériser l’herbe. Grin RM 120 se distingue des autres autoportées par son plateau de coupe à fond fermé, offrant les avantages suivants : solidité accrue, isolation acoustique (102 db, ce qui est très pratique en ville !) et protection optimale des organes de transmission, des courroies et du dispositif de coupe. “Dans la plupart des cas, les autoportées possèdent un grand carter commun et ouvert : les lames sont par conséquent plus exposées aux obstacles et la perte de matière pendant la tonte est plus importante” indique Franco Ghezzi, PDG. Or, la RM 120 possède 3 carters séparés. “Chaque carter et lame travaille avec la précision d’une tondeuse Grin, ce qui évite toute perte de matière et optimise notre système de tonte breveté” précise-t-il. Autres atouts : sa conduite, facilitée grâce à un joystick hydraulique à braquage zéro turn, ses 3 roues, garantissant une parfaite stabilité (risque de renversement très limité), l’arrêt complet de la machine dès que l’opérateur relâche le joystick (aucune clé, aucun bouton ou frein n’est à activer)… La visibilité sur les chantiers est également optimale.

Autoportées à moteur avant, ces bêtes de tonte !

Dans cette catégorie, l’offensive des constructeurs se fait remarquer par deux modèles.

Puissantes silencieuses (environ 90 dB), les autoportées Buffalo 124 d’Etesia affichent un rendement de 15 000 m²/h. Le plateau de coupe est constitué d’une double volute opposée et à canal d’éjection centrale arrière qui, associé aux deux lames contre-rotatives montées, indexées à 90° et se chevauchant sur 6 cm, produit un effet d’aspiration et de soufflerie extrêmement puissant.

• Etesia Buffalo 124 : avec un rendement affiché de 15 000 m²/h (tonte et ramassage) et une vitesse d’environ 12 km/h, les autoportées Buffalo 124 sont performantes, surtout lorsqu’on sait que la largeur de coupe est de seulement 1,24 m. Le plateau de coupe en ‘mastershock’ est constitué d’une double volute opposée et à canal d’éjection centrale arrière qui, associé aux deux lames contre-rotatives montées, indexées à 90° et se chevauchant sur 6 cm, produit un effet d’aspiration et de soufflerie extrêmement puissant. D’un rapport poids/puissance inégalé, cette machine de 19 CV à bicylindre possède un bac de 600 L, vidangeable en hauteur jusqu’à 1,8 m. Ses points forts : elle travaille en silence (environ 90 dB) et réalise différentes tâches (ramassage, mulching (avec insert) et fauchage (grâce à un déflecteur arrière). Polyvalente et disponible en 4RM, la Buffalo 124 peut aussi s’équiper d’une lame à neige et d’une brosse de balayage. Question confort, la direction est assistée et les commandes ergonomiques. La conduite se veut souple grâce à une transmission hydrostatique.

L’autoportée X949 de John Deere, montée sur un châssis en acier, se distingue par un design ultra-compact. Son carter de coupe à relevage hydraulique, connecté rapidement à la machine et sans outil grâce au système ‘Auto connect’, est disponible en différentes largeurs : 122, 137 et 157 cm.

• John Deere X949 : tout d’abord, cette autoportée de 24,5 CV, montée sur un châssis intégral en acier, possède un design ultra-compact. La colonne de direction est inclinable. Son carter de coupe à relevage hydraulique, connecté rapidement à la machine et sans outil grâce au système ‘Auto connect’, est disponible en différentes largeurs : 122, 137 et 157 cm. Lorsque l’accessoire ‘MulchControl’, proposé en option, est installé (en plus des lames mulching), il est possible de passer en mode d’éjection latérale au mode mulching (et vice-versa) en basculant un simple levier. Autres options disponibles : un bac de ramassage de 500 L, une PDF de relevage arrière et avant, une homologation ‘route’…

Tondeuses frontales : la puissance au premier plan

Le marché des tondeuses frontales s’appuie sur des références solides. Ce qui n’empêche pas les constructeurs de proposer de nouveaux modèles. L’un d’entre eux nous intéresse particulièrement…

Les tondeuses frontales SF2 d’Iseki possèdent un bac de 950L, alimenté par une turbine de 6 pales de 360 mm de diamètre. Le plateau de coupe, large d’1,52 m, est muni de 2 disques, chacun étant équipé de deux couteaux rétractables qui s’escamotent en cas d’obstacles.

• Iseki SF2 : “la gamme des tondeuses SF2 a été développée par les ingénieurs Iseki pour répondre à 3 besoins spécifiques liés à la tonte : compacité, performance, confort” insiste Nicolas Rouchit, responsable marketing. Précisément, les tondeuses SF2 font partie des machines bénéficiant d’une capacité de bac parmi les plus importantes du marché dans leur catégorie. Avec 950 L de capacité, la conception de ce bac a été fortement inspirée par la série SF4. Le bac est alimenté par une turbine 6 pales de 360 mm de diamètre qui fournit un très bon rendement, même dans les conditions les plus complexes. Pour éviter toute perte de puissance, l’entraînement de la turbine est entièrement mécanique avec un embrayage à commande électrohydraulique. Du côté du plateau de coupe, celui-ci, d’une largeur d’1,52 m, est muni de 2 disques, chacun étant équipé de 2 couteaux rétractables qui s’escamotent en cas d’obstacles ; ce système permet de protéger la transmission, entièrement mécanique (pas de courroie), qui est animée par deux boîtiers renvoi d’angle en fonte extrêmement robustes. Le plateau est entièrement flottant, et les amplitudes horizontales et verticales sont très efficaces pour épouser le terrain. Le réglage de la hauteur de coupe est précis et se fait en moins d’une minute à l’aide d’un levier situé sur les supports de roues de jauge. Les roues avant sont de conception robuste et sont montées sur graisseurs. Enfin, le plateau de coupe peut se mettre en position de nettoyage en moins de 2 minutes, sans démonter le cardan (ce qui est très pratique lors de l’entretien).

Avec un ramassage centralisé ‘Système Air Flow™, un bac d’une capacité de 810 L, un plateau frontal de 126 cm réglable et robuste (3 lames contre rotatives)… la tondeuse PLH 800 de Toro coupe, ramasse et déverse les déchets de tonte en un minimum de temps d’arrêt. Il n’y a même plus besoin de descendre de la machine pour régler la hauteur de coupe !

• Toro PLH 800 : avec un ramassage centralisé ‘Système Air Flow™, un bac d’une capacité de 810 L (bennage en hauteur : 1,95 m), un plateau frontal de 126 cm réglable et robuste (3 lames contre rotatives) et un réservoir de carburant de 41 L, la tondeuse PLH 800 coupe, ramasse et déverse les déchets de tonte en un minimum de temps d’arrêt. Distribuée par Solvert, la PLH 800 offre aussi une superbe visibilité depuis le poste de conduite, un siège confortable avec possibilité d’inclinaison de la colonne de direction et la possibilité de régler la hauteur de coupe en position assise (de 20 à 100 mm), et sans s’arrêter ! Pour faciliter l’entretien, la tondeuse dispose d’un plateau inclinable à 46° et d’une raclette de nettoyage automatique dans la zone de décharge afin d’éviter le colmatage. Feuilles, herbes hautes et mouillées ne lui font pas peur !
Ces tondeuses, au même titre que les machines frontales et les zéro turn, ont de sérieux atouts, c’est indéniable. Mais pour se faire une idée, il n’y a qu’à les essayer !

Rappel de la norme NF ISO 5395-3 : 2013/A1

La norme NF ISO 5395-3 : 2013/A1 rend obligatoire
l’installation d’une protection contre le retournement (ROPS) dès lors que la masse M2 (réservoirs pleins, bac de ramassage vide, plateau de coupe le plus lourd) est supérieur à 400 kg.

Article du numéro d’Avril 2019, abonnez-vous

Fauchage : des machines qui font parler d’elles

Epareuses, broyeurs, véhicules dédiés, engins de pente radiocommandés… L’offre matérielle en matière de fauchage et de débroussaillage des accotements est riche et variée. Revue de machines sur le bord des routes, avec un point d’honneur sur les nouvelles références du marché, à mettre, bien sûr, entre toutes les mains des professionnels !

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019, abonnez-vous

Produits d’entretien et de protection : des sols remis à neuf !

Pour éliminer durablement les tâches incrustées, les efflorescences, les traces éventuelles de mortier et les mousses, les fabricants proposent toute une gamme de produits d’entretien et de protection. Voici un panel de solutions à ne pas rater, utilisables selon la nature des incrustations et du revêtement en place (pierre naturelle, béton, enrobé…).

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019, abonnez-vous

Respirez, vous êtes à Colomiers !

En Haute-Garonne, au sein du territoire de la métropole de Toulouse, la Ville de Colomiers s’attache à valoriser et à développer les espaces de nature et de loisirs. Preuve à l’appui : 130 m2 d’espaces verts par habitant ! Pour gérer cet important patrimoine en expansion, gestion extensive, implication en amont des projets, parc matériel efficient renouvelé régulièrement, maîtrise de l’arrosage ou encore professionnalisation des agents sont les clés pour une ville où il fait bon vivre !

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019, abonnez-vous

Saint-Brevin-les-Pins : canopée urbaine sur le littoral

Entre estuaire de la Loire et océan Atlantique, Saint-Brevin-les-Pins se déploie sous les frondaisons odorantes des pins maritimes. Dans ce cadre préservé grâce à une politique volontaire forte, il s’agit alors de trouver le juste équilibre pour combiner l’accueil des nombreux touristes et vacanciers et la préservation des massifs dunaires et boisés. Un compromis gagnant pour des pratiques plus durables !

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019, abonnez-vous

Propreté et embellissement, piliers du service public

Ville résidentielle par excellence, située à seulement 15 km de la capitale, Yerres (91) a tout d’une banlieue attractive : près de 6 000 logements collectifs (et autant de résidences individuelles), un tissu urbain cerné par deux forêts domaniales étirées sur plusieurs dizaines d’hectares (Sénart et La Grange), un cadre de vie relativement préservé et un niveau de propreté exemplaire.
Car depuis toujours, les services techniques, gérés depuis 2008 par Roger Davito, affichent deux priorités : l’embellissement et la propreté.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019, abonnez-vous

Creil : vol au-dessus d’un nid boisé

Relier un important quartier d’habitat, isolé sur un plateau par une topographie marquée, au centre-ville installé sur les bords de l’Oise, à travers un paysage remarquable tout en assurant une accessibilité à tous ? C’est le pari réussi par un groupement de conception-réalisation complémentaire, dont Maxime Saïsse, paysagiste gérant
de l’agence Espace Libre, et Marc Loiseleur, PDG du Groupe Loiseleur, nous présentent les contours.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019, abonnez-vous

Perpignan : un parvis d’école devenu jardin !

Articulé entre une cité résidentielle et un quartier pavillonnaire dans le quartier Mailloles au Sud-Ouest de Perpignan (66), le parvis de l’école Blaise Pascal s’est transformé en un espace perméable à la fois vert, écologique, ludique et social. Le projet, confié aux paysagistes de l’Atelier Sites, met en scène des jardins familiaux, un terrain multisports et une aire de jeux dynamique pour le moins originale.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019, abonnez-vous