Archives de catégorie : Actualités

Super 1300 S, la nouvelle machine de Wiedenmann

Dotée d’une double brosse unique, la Super 1300 S de Widenmann ramasse en un temps record divers débris végétaux (feuilles, tonte, déchets issus du défeutrage…). Grâce à la compacité de son bac (1,6 m3) et son attelage trois points articulé, cette machine travaille de partout. Avec son système de double brosses et sa tête de balayage flottante, elle s’adapte parfaitement au relief du sol tout en facilitant le remplissage régulier du bac. La Super 1300 S peut s’atteler à des tracteurs de faible puissance, de l’ordre de 25 CV. Largeur de travail affichée : 130 cm, pour un poids à vide de 650 kg.

Benoit Combes, nouveau DG de Barenbrug

Jean Saulue, Directeur Général de Barenbrug France et Barenbrug Tourneur Recherches depuis 10 ans a fait valoir ses droits à la retraite le 1er Juillet 2018. Benoit Combes, 50 ans, qui avait rejoint le groupe au mois de mai 2018, a été nommé Directeur Général des 2 entités à compter du 1er juillet 2018. Benoit Combes a précédemment exercé ses fonctions pendant 15 ans dans l’industrie semencière en France et à l’étranger, puis pendant 13 ans dans la distribution des produits de jardin.

CESE, un avis qui compte pour la nature en ville

Le 11 juillet 2018, l’Assemblée plénière du Conseil économique, social et environnemental a adopté le projet d’avis intitulé « La nature en ville : comment accélérer la dynamique ? », en présence de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire. L’Interprofession VAL’HOR salue l’adoption de ce rapport dont les préconisations sont en phase avec l’argumentaire pour une Cité Verte développé depuis de nombreuses années. Les 22 préconisations sont déclinées autour de 5 axes : donner toute sa place à la nature dans les politiques publiques, connaître et faire connaître les bienfaits de la nature en ville, répondre aux besoins des habitants et accueillir la nature en ville, faire de la nature un élément structurant de l’aménagement urbain, et contribuer à la solidarité de la ville avec son territoire. Citons également le souhait de Nicolas Hulot, exprimé à la tribune du CESE, que « chaque habitant puisse avoir accès à un espace de nature à moins de 15 minutes ».

www.citeverte.com

L’Eco-Vallée livre le premier bilan de son référentiel environnemental

des résultats qui témoignent de l’éco-exemplarité des projets de l’Opération d’Intérêt National

Après cinq années de mise en oeuvre du référentiel environnemental ‘Écovallée Qualité’, 84 opérations sur le territoire portées par 34 opérateurs affichent déjà des performances exemplaires grâce à cet outil.

Des résultats prometteurs après cinq ans de mise en oeuvre

Ce référentiel fixe aux acteurs de l’acte de bâtir et d’aménager des objectifs de résultats en matière de management d’opération, de paysage et de biodiversité, de confort, d’énergie, d’eau, de déchets, de déplacements et de gouvernance dans les projets qu’ils développent et les accompagne dans l’atteinte de ces objectifs. Développé par l’EPA en 2012, fruit d’une collaboration et d’un co-financement de l’ADEME (l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), cet outil vise l’excellence environnementale sur l’ensemble du territoire de l’Opération d’Intérêt National située au coeur de la Métropole Nice Côte d’Azur. Il a déjà permis d’obtenir des résultats significatifs :

  • 85 000 m² de foncier préservés qui auraient été construits sans l’existence d’Ecovallée Qualité,
  • 45% de surfaces végétalisées pour chaque opération soit au total 16 hectares d’espaces verts créés,
  • 40% d’eau potable économisée en moyenne par opération,
  • 14 000 Mwh économisés chaque année (l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 3000 foyers),
  • 83% des déchets de chantiers revalorisés –trois ans avant la directive cadre européenne qui fixait un objectif de recyclage de 70 % à l’horizon 2020,
  • Un volume de bois dans les constructions trois fois supérieur à la moyenne nationale,
  • 85 mois de travail pour des personnes en difficulté …

R0c, la nouvelle borne fixe dépolluante et anti-anxiogène

Dynamisée par l’envie de faire disparaitre l’effet anxiogène de la protection urbaine standard, la société française La Barrière Automatique, a conçu une nouvelle borne dépolluante et anti-anxiogène, en partenariat avec SANAE Architecture. La matière dépolluante qui constitue R0c est une résine de synthèse composée de deux tiers de minéraux naturels et d’un faible pourcentage de résines à grande résistance. Elle permet à la borne de purifier l’air environnant pour contribuer à la qualité de l’air urbain et son contact permet de ne pas propager les épidémies bactériennes de ses usagers. Cette matière possède aussi des capacités d’assainissement de l’air basées sur le phénomène naturel de la photocatalyse: au contact d’une lumière naturelle ou artificielle, elle développe de nouvelles propriétés qui ne modifient ni ses qualités physiques ni sa couleur : purification d’air, antibactérien, autonettoyant, éliminateur de produits chimiques.

Colloque scientifique sur les bioagresseurs du buis

L’AFPP (Association Française de la Protection des Plantes) organise les 16 et 17 octobre 2018, dans l’auditorium Thélème de l’Université de Tours, le ‘Colloque scientifique sur les bioagresseurs du buis’. L’accent sera mis sur 3 thèmes : présentation d’un panorama de l’ensemble des problèmes sanitaires du buis, synthèses des connaissances acquises contre les deux principaux fléaux du buis (pyrale et maladies à dépérissement), et état des lieux des moyens de lutte disponibles et à venir. Consultez le programme et retrouvez le bulletin d’inscription sur www.afpp.net

Les arbres en villes pourraient absorber autant de carbone qu’une forêt tropicale !

Un outil de mesure du carbone appelé LiDAR (Light Detection and Ranging) développé par l’Université de Londres (UCL) pour mesurer au sol la quantité de carbone stockée dans les forêts tropicales a été utilisé pour la première fois à Londres dans le quartier de Candem où, d’après les estimations, 85 000 arbres sont présents.

Grâce à cet outil qui permet de créer une image 3D très détaillée de la structure des arbres, l’UCL a mis en évidence le fait qu’un grand parc, tel que celui d’Hampstead Heath à Londres, pouvait stocker jusqu’à 178 tonnes de carbone par hectare ; à comparer avec la valeur médiane pour les forêts tropicales de 190 tonnes de carbone par hectare.
Ce travail de recherche contribue aujourd’hui à mieux connaître le potentiel des arbres urbains sur le stockage du carbone et l’atténuation du changement climatique. Plus spécifiquement, une telle méthode d’évaluation permet non seulement d’identifier les spécificités en matière de services écosystémiques des arbres en milieu urbain par rapport à ceux présents naturellement, mais aussi la valeur apportée par chaque arbre selon l’aménagement urbain. Les auteurs de cette étude scientifique espèrent ainsi que les enseignements aideront à mieux comprendre la valeur des arbres urbains et à influencer les prochaines décisions en matière de planification urbaine.

Source : UK urban forest can store as much carbon as tropical rainforests, UCL News, 26 June 2018.

Accenturba : la nouvelle grille d’arbre ‘Francis’

Venant en complément de la collection Francis, cette grille d’arbre reprend les marqueurs esthétiques des assises : un motif à la fois géométrique et déstructuré inspiré d’un esprit industriel adapté à la tendance contemporaine. Elle est réalisée en tôles d’acier découpées au laser et renforcées par un treillis de plats acier soudés sur chants. La grille est fournie avec son cadre de scellement en acier galvanisé. La finition, en trois phases, reste inchangée selon les standards de la société : grenaillage, anticorrosion riche en zinc cuit au four et peinture poudre polyester qualité architecture cuite au four. Disponibles au choix en divers coloris, selon le nuancier RAL (sans supplément de prix(.

L’Unep se retire de l’Adivet, l’association française des toitures végétalisées

L’Union Nationale des Entreprises du Paysage confirme son retrait de l’association française des toitures végétalisées, l’Adivet, dont elle était adhérente depuis dix ans. En cause, notamment, le défaut de représentativité existant au sein de l’association. Pour davantage d’explications, rendez-vous sur : www.lesentreprisesdupaysage.fr