Archives de catégorie : Arbre en ville

Quelles essences d’arbre face au réchauffement climatique ?

Le dérèglement climatique à l’œuvre n’a échappé à personne.
Un été particulièrement chaud et sec sur l’ensemble du pays
a mis à rude épreuve le patrimoine végétal, avec des températures amplifiées par l’effet d’îlot de chaleur urbain. Face à cela,
la plantation d’arbres, premiers “acteurs végétaux” du climat,
est indispensable pour des villes plus vivables. Encore faut-il que ceux-ci puissent résister à des sécheresses de plus en plus longues…

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Octobre 2018, abonnez-vous

Perpignan : révolutionner son patrimoine arboré

Ville catalane au climat méditerranéen, Perpignan est en train d’accomplir un tour de force : planter près de 5 000 arbres sur un mandat pour renouveler et densifier son patrimoine arboré. Historiquement peu dense en espaces verts et infestée par le charançon rouge qui décime les plantations de palmiers, la Ville a ainsi mis en place un plan de plantation d’envergure répondant, dans le même temps, aux enjeux du changement climatique.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Août-Septembre 2018, abonnez-vous

Colloque scientifique sur les bioagresseurs du buis

L’AFPP (Association Française de la Protection des Plantes) organise les 16 et 17 octobre 2018, dans l’auditorium Thélème de l’Université de Tours, le ‘Colloque scientifique sur les bioagresseurs du buis’. L’accent sera mis sur 3 thèmes : présentation d’un panorama de l’ensemble des problèmes sanitaires du buis, synthèses des connaissances acquises contre les deux principaux fléaux du buis (pyrale et maladies à dépérissement), et état des lieux des moyens de lutte disponibles et à venir. Consultez le programme et retrouvez le bulletin d’inscription sur www.afpp.net

Les arbres en villes pourraient absorber autant de carbone qu’une forêt tropicale !

Un outil de mesure du carbone appelé LiDAR (Light Detection and Ranging) développé par l’Université de Londres (UCL) pour mesurer au sol la quantité de carbone stockée dans les forêts tropicales a été utilisé pour la première fois à Londres dans le quartier de Candem où, d’après les estimations, 85 000 arbres sont présents.

Grâce à cet outil qui permet de créer une image 3D très détaillée de la structure des arbres, l’UCL a mis en évidence le fait qu’un grand parc, tel que celui d’Hampstead Heath à Londres, pouvait stocker jusqu’à 178 tonnes de carbone par hectare ; à comparer avec la valeur médiane pour les forêts tropicales de 190 tonnes de carbone par hectare.
Ce travail de recherche contribue aujourd’hui à mieux connaître le potentiel des arbres urbains sur le stockage du carbone et l’atténuation du changement climatique. Plus spécifiquement, une telle méthode d’évaluation permet non seulement d’identifier les spécificités en matière de services écosystémiques des arbres en milieu urbain par rapport à ceux présents naturellement, mais aussi la valeur apportée par chaque arbre selon l’aménagement urbain. Les auteurs de cette étude scientifique espèrent ainsi que les enseignements aideront à mieux comprendre la valeur des arbres urbains et à influencer les prochaines décisions en matière de planification urbaine.

Source : UK urban forest can store as much carbon as tropical rainforests, UCL News, 26 June 2018.

L’arbre, un climatiseur urbain

L’arbre n’est plus seulement à considérer selon sa valeur ornementale : il répond en effet aujourd’hui aux deux enjeux primordiaux de changement climatique et de maintien
de la biodiversité. En captant du carbone, en facilitant l’absorption des pluies par les sols et en rafraîchissant l’air, il est l’acteur clé de demain pour rendre résilientes nos villes qui, d’ici 2050, devraient connaître régulièrement, durant l’été, des épisodes caniculaires similaires à celui de 2003.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Juin-Juillet 2018, abonnez-vous

Comment planter pour optimiser la vie de l’arbre en ville ?

La question de l’arbre en ville fait débat depuis longtemps car elle concentre de nombreux enjeux, à la fois sécuritaires, climatiques, de santé publique et de bien-être, mais aussi budgétaires. En effet, une plantation mal effectuée engendre par la suite des coûts,
et notamment des interventions régulières de taille, qu’il s’agit, en plantant bien, de limiter. Echanges avec Daniel Soupe, gérant des pépinières éponymes.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2018, abonnez-vous

Préserver le système racinaire

En ville, le manque de surface et les lourdes charges qui s’appliquent au sol, notamment par le passage de véhicules, engendrent un tassement du terrain, source d’asphyxie du système racinaire. Plusieurs solutions existent aujourd’hui pour limiter le compactage, tout en respectant les réseaux, afin que nos arbres en ville respirent et se développent le mieux possible.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Mars 2018, abonnez-vous

Printemps 2018 :
des arbres à planter hors saison aux pépinières Guillot-Bourne II !

Les Pépinières Guillot Bourne II commencent la vente de leurs premiers arbres transplantés en hors-sol. Un atout majeur pour les entreprises qui subissent des retards de chantier ou pour les particuliers qui veulent profiter des beaux jours naissants. La pépinière utilise un procédé qui permet de planter l’arbre dans un jardin même en été. La transplantation dans le substrat en Airpot® se réalise en période de repos végétatif. Au printemps, l’enracinement se développe hors sol dans sa structure alvéolaire perforée, ce qui permet à l’arbre d’être prêt à l’emploi partout et tout le temps.

www.guillot-bourne.com

Vers un nouveau barème d’évaluation de la valeur des arbres

AEV

En 2016, un partenariat entre l’association Copalme, le CAUE
de Seine-et-Marne et Plante & Cité a été initié pour proposer
aux décideurs et aménageurs un nouveau barème d’évaluation
de la valeur des arbres. Des critères supplémentaires y sont intégrés
pour caractériser tous les bénéfices des arbres d’ornement en ville,
mais aussi les désavantages, et ainsi pondérer la valeur chiffrée
de l’arbre, argument qui fait pencher la balance en faveur
d’une gestion respectueuse de l’arbre.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Février 2018, abonnez-vous

La lutte contre
le charançon rouge,

une nécessité

palmier

Depuis une dizaine d’années, le charançon rouge sévit dans
le sud-est de la France, décimant la population de palmiers.
Depuis 2010, il fait l’objet d’une lutte obligatoire sur le territoire
français. Focus sur les méthodes de lutte qui doivent être,
avant tout, collectives et organisées.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Janvier 2018, abonnez-vous