Archives de catégorie : La phrase de la semaine

La phrase de la semaine

30528759994_20e666490f_o copie« Le développement de la métropole
se fera sans consommation de foncier
et sans étalement urbain
 » indique
Michel Le Faou, vice-président
de la métropole de Lyon en charge
de l’urbanisme, du renouvellement
urbain, de l’habitat et du cadre de vie.

Avec son nouveau Plan Local d’Urbanisme et de l’Habitat (PLU-H), adopté d’ici l’été 2018, la métropole lyonnaise souhaite renforcer
la présence de la nature en ville.
Par exemple, le coefficient de pleine terre dans les futurs projets de construction sera augmenté selon
la nature du bâti. Cela signifie que les futurs projets immobiliers
devront laisser plus de place aux espaces verts sur la parcelle construite. La métropole souhait aussi rendre 700 ha en espaces agricoles, augmenter de 762 ha la surface des espaces boisés, de 252 ha d’espaces de plantations protégés sur le domaine public…
Le PLU-H prévoit une augmentation globale des espaces naturels
et agricoles de près de 3 %. « Le développement de la métropole se fera sans consommation de foncier et sans étalement urbainLa volonté
du PLU-H est de densifier l’urbanisation pour répondre à la pression
démographique car il resterait 1 6000 ha à urbaniser jusqu’en 2035…

indique Michel Le Faou.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La phrase de la semaine

6149866475_3f1ddac2bf_o“J’en ai assez des espaces minéralisés (…) Nous voulons apaiser l’espace public, recréer une ceinture verte, un mini Central Park qui partirait du jardin des plantes” commente Brigitte Barèges, maire de Montauban (Tarn-et-Garonne)
et présidente du Grand Montauban.

Inviter la nature au cœur de la ville,
tel est le souhait de Brigitte Barèges. Pour cela, en 2018, la collectivité va investir 11,3 millions d’€ dans des travaux d’importance. Découpés en trois tranches, ils seront étalés sur un périmètre de 25 000 m² en centre-ville. L’agence Dessin de Ville, associée à Iris Conseil, les Eclairagistes associés, Danielle Justes, BETCE, Ecologie Urbaine Diluvial, assureront l’ensemble du projet. La circulation sur les allées Mortarieu et de l’Empereur sera à double sens et limitée à 30 km/h, et la moitié des places de parking seront supprimées. Les allées seront repensées comme des lieux de promenade afin de créer un ‘mini Central-Park’, autrement dit une ceinture verte partant du jardin des plantes. Le giratoire de la place Foch se transformera en une esplanade accueillant une fontaine et des jets d’eau. En ces lieux, 85 arbres et 2 200 m² de parterres seront plantés. Par ailleurs, en 2020, le parking aérien de la place Roosevelt sera supprimé au profit de sous-sols creusés. Il disposera de 350 à 500 places. Sur le parvis de la cathédrale, un miroir d’eau et un espace vert sont aussi prévus.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La phrase de la semaine

25854283816_d28052a80

“Il faut un plan Marshall pour sauver nos centres-villes, qui sont
de véritables mouroirs”
s’insurge Patrick Vignal, député de l’Hérault
et Président de l’association ‘Centre-Ville en mouvement’.

Les centres-villes sont menacés de désertification. En témoignent
le nombre impressionnant de boutiques vides. Dans un courrier adressé au chef de l’Etat, Patrick Vignal tire la sonnette d’alarme.
Il réclame que le sujet soit labellisé grande cause nationale 2018. “Arrêtons le massacre, sinon on va finir comme Détroit” déplore
le Président et député, qui cite Perpignan, Carcassonne, Béziers,
Agde, Narbonne, Montpellier et bien d’autres villes en souffrance
à ce sujet. Conséquences : les centres-villes se meurent, à tel point qu’ils ne sont habités que par des personnes âgés et/ou paupérisées. “Sans plus attendre, il faut engager un moratoire sur les centres commerciaux, qui sont horribles et grignotent en périphérie les terres agricoles. En 2016, il y a eu 22 % de centres commerciaux en plus, dont 90 % en périphérie ! En contrepartie, il faut densifier les villes pour protéger les campagnes. L’Etat a une responsabilité et doit montrer l’exemple : quand on voit qu’il y a des hôpitaux qui sont partis des centres pour s’installer en périphérie, qu’il y a des chambres de commerces qui implantent leur siège en périphérie, des mairies qui sont délocalisées…
Il faut que l’Etat conserve ses bâtiments et ses administrations au cœur des villes”
.

Enregistrer

Enregistrer