Archives de catégorie : La phrase

La phrase de Hillel Magen, vice-président du département agronomie d’ICL Speciality Fertilizers

« C’est la première fois que les vastes connaissances professionnelles et le réseau d’experts en agronomie sont mis à la disposition de tous – directement et indéfiniment. Nous pensons que, dans des moments comme ceux-ci, la connaissance est une force au service du bien à laquelle chacun devrait pouvoir accéder et dont chacun devrait pouvoir bénéficier » a indiqué Hillel Magen, vice-président du département agronomie d’ICL Speciality Fertilizers, à propos du nouveau forum consultatif AgroPro.com.

Hillel Magen

ICL lance un nouveau forum consultatif international et interactif sur la nutrition des cultures, AgroPro.com, créé en réponse aux défis de communication agronomique causés par la pandémie.
En ligne, la communauté AgroPro offre aux producteurs et aux conseillers un moyen rapide et convivial de poser des questions et d’obtenir des réponses rapides, de la part de l’ensemble de la communauté agricole mondiale et de l’équipe d’agronomes internationaux d’ICL.
AgroPro.com est le réseau le plus complet, le plus facile à utiliser et le plus interactif qui offre, à la demande, des informations et des solutions actualisées sur les engrais, afin d’optimiser la gestion de la nutrition des cultures de plein champ, des vergers, des plantations, des plantes ornementales et du gazon.
L’utilisation d’AgroPro est totalement gratuite. Quelle que soit votre culture ou votre région, une fois inscrit à la communauté AgroPro, vous pouvez publier une question sur la nutrition des cultures, partager une ressource, participer à un fil de discussion, ajouter un commentaire, rechercher facilement n’importe quel contenu et parcourir d’anciennes discussions et sessions de questions-réponses.
En tant que membre de la communauté AgroPro, vous pouvez rejoindre des groupes ayant des intérêts communs et recevoir des notifications « push » lorsque de nouveaux contenus sont mis en ligne.
Hillel Magen, vice-président du département Agronomie au sein d’ICL, ajoute : « c’est la première fois que les vastes connaissances professionnelles et le réseau d’experts en agronomie d’ICL, issus des quatre coins du monde et spécialisés dans de multiples cultures et régions agroclimatiques, sont mis à la disposition de tous – directement et indéfiniment. Nous pensons que, dans des moments comme ceux-ci, la connaissance est une force au service du bien à laquelle chacun devrait pouvoir accéder et dont chacun devrait pouvoir bénéficier ».

La phrase

“Nous nous devons d’aménager et d’entretenir l’espace public, particulièrement le cœur de la ville. Son attractivité dépend en effet de la qualité de son traitement, de son sol, de ses revêtements, de son mobilier…” a déclaré Jean-Charles Minetto, directeur des services techniques de la Ville de Sisteron (04).

Sisteron est distinguée par plusieurs labels : Villes et Villages Fleuris (3 fleurs), Station verte, Ville et métiers d’Art… Tous participent à l’attractivité de la ville auprès des touristes, venus notamment visiter la citadelle classée au monument historique, qui offre un promontoire sur l’espace urbain et le paysage environnant, et le cœur de la ville, sillonné de ruelles pavées. Un patrimoine historique auquel Jean-Charles Minetto attache beaucoup d’importance. « Nous nous devons d’aménager et d’entretenir l’espace public, particulièrement au cœur de la ville. Son attractivité dépend en effet de la qualité de son traitement, de son sol, de ses revêtements, de son mobilier… Certes, c’est un coût, mais vite compensé par les retombées touristiques, l’achat et la location de résidences, l’activité des commerces… » insiste-t-il.

La phrase

Directeur des services techniques de la Ville de Vienne (38), Henri Létang a mis en place un plan de déconfinement, dont voici les grandes lignes :

  • reprise d’activité : “nous avons sollicité l’avis du médecin du travail pour la reprise d’activité de chaque agent”.
  • hygiène : pas plus de deux personnes/véhicule, port du masque et des gants obligatoires, fourniture de gel hydroalcoolique dans chaque véhicule ;
  • distanciation physique : mise en place d’un planning pour les pauses, limitation des groupes à moins de 10 personnes ;
  • occupation de l’espace public : les autorisations (arrêtés de circulation de stationnement pour travaux, permis de voirie pour déménagement) ont continué d’être traitées pendant le confinement). Après le 11 mai, les demandes continuent à se faire par mail ;
  • entretien de la voirie : les nettoyages ont été assurés pendant le confinement, avec une forte activité liée aux dépôts sauvages et aux déjections canines. Les autres missions du service ont été reprises : entretien des fossés, des enrobés, des panneaux de signalisation… ;
  • espaces verts : les ‘grosses’ opérations ont été assurés pendant le confinement. Certains arrosages non prévus (dus à la sécheresse) ont même été effectués. Les plantations annuelles sont en train d’être réalisées, avec environ quinze jours de retard.
  • éclairage public : l’entretien courant a été effectués pendant le confinement. Les dépannages des points lumineux vont se poursuivre. Une aide sera apportée aux espaces verts pour la pose des jardinières. Les travaux de changement des lampes énergivores en LED vont également continuer.

La phrase

Suite à la conférence des présidents des fédérations, membres de l’Interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage qui s’est tenue autour de Mikaël Mercier, le mardi 28 avril 2020, les présidents des fédérations ont tenu à souligner :

  • une mobilisation exceptionnelle de 50 députés européens, tous signataires d’une lettre adressée à Janusz Wojciechowski, commissaire européen à l’agriculture, demandant un appui fort et efficace au secteur horticole qui représente à l’échelle européenne 760 000 emplois et un chiffre d’affaires total de 48 milliards d’euros. Le lundi 27 avril 2020, les 50 membres du Parlement européen (MPE), issus d’un grand nombre d’États membres et appartenant à plusieurs groupes politiques ont appelé à l’activation dès que possible d’un soutien financier adapté et urgent pour le secteur du végétal d’ornement, allant au-delà des mesures proposées par la Commission européenne qui ne sont pas suffisantes pour maintenir le secteur à flot.

Au nom de Valhor et de toutes les fédérations professionnelles, Mikaël Mercier, s’est félicité de la mobilisation remarquable de 96 sénateurs, à l’initiative du sénateur Joël Labbe, qui ont interpellé, en urgence, le Premier ministre sur la situation catastrophique des producteurs. Alertés par la FNPHP, ils demandent une clarification à l’échelle nationale concernant le droit d’ouverture des producteurs détaillants en mesure de fournir des plants potagers, produits de première nécessité, et d’étendre ce droit à l’ensemble de leur production, y compris de végétaux d’ornement puisqu’ils seront en mesure d’accueillir du public en respectant les gestes barrière. Et de la mobilisation exceptionnelle de 50 députés européens demandant un appui fort et efficace au secteur horticole qui représente à l’échelle européenne 760 000 emplois et un chiffre d’affaires total de 48 milliards d’euros.

  • une mobilisation remarquable de 96 sénateurs, à l’initiative du sénateur Joël LABBE, tous signataires d’une lettre adressée au Premier ministre afin de l’interpeller en urgence sur la situation catastrophique des producteurs en vente directe. Alertés par la FNPHP, l’ensemble des sénateurs interpellent le Premier ministre sur une clarification à l’échelle nationale concernant le droit d’ouverture des producteurs détaillants en mesure de fournir des plants potagers, produits de première nécessité, et d’étendre ce droit à l’ensemble de leur production, y compris de végétaux d’ornement puisqu’ils seront en mesure d’accueillir du public en respectant les gestes barrière.
  • l’interpellation du Ministre de l’Agriculture par les meilleurs ouvriers de France fleuristes au travers d’une vidéo.

La phrase

Après avoir fermé provisoirement ses locaux le 17 mars dernier dans un souci de protéger l’ensemble des collaborateurs, leurs proches et l’ensemble de la communauté des risques “Covid-19”, la direction d’Infaco informe de la réouverture de l’entreprise, votée par les représentants du personnel au CSE afin de garantir le service client.
Nous avons pu mettre en place une organisation spécifique pour la reprise de toutes les activités d’Infaco grâce au travail mené conjointement avec le CSE et notre service interne HSE (Hygiène Sécurité Environnement). Cette reprise est conditionnée par le respect des mesures sanitaires par chacun de nous, toujours dans la préoccupation majeure de la santé de tous” a indiqué Davy Delmas, directeur général. L’activité de maintenance annuelle des révisions usine va pouvoir reprendre, dans le strict respect des gestes barrières et des règles sanitaires mises en place à la fois dans les locaux de l’entreprise et chez ses partenaires distributeurs. La reprise de l’intégralité des activités de l’entreprise est effective depuis le 16 avril 2020.

La phrase

“Nous voici cloués dans nos logements. Et dans les villes, 78% des gens vivent en appartement…. Pour garder le moral, la vue vers un coin de nature ou de jardin devient primordiale.  Voilà un bel objectif pour l’avenir : pas une fenêtre sans un coin de verdure !” milite Jacques Soignon, chargé de mission ‘Prospective Verte’ à Nantes métropole.

La phrase

“Nous sommes en guerre” a déclaré à maintes reprises le président Emmanuel Macron, face au coronavirus Covid-19 qui menace notre santé et bloque notre économie.

Aussi, a-t-il statué, sans le prononcer réellement, le confinement des Français, y compris les professionnels pouvant télétravailler. S’il est désormais impossible de se balader dans les parcs et se retrouver entre amis ou, plus généralement, flâner sans motifs dans nos villes, Emmanuel Macron a lancé une phrase lourde de sens pour notre profession : “Lisez, retrouvez aussi ce sens de l’essentiel. C’est important dans les temps que nous vivons”. Autrement dit, prenez le temps de vous informer, de vous cultiver, d’apprendre. Dans ce contexte, notre magazine Espace Public et Paysage, qui continue d’être alimenté par des sujets d’actualités, notamment comment faire face à cette situation exceptionnelle dans les collectivités et les entreprises du paysage, sera prochainement diffusé plus largement en version numérique, donnant accès à des informations clés à tous nos lecteurs. Lire et s’informer pour mieux lutter, tel est l’objectif de nos prochains numéros.

la phrase

Cela peut paraître paradoxal dans un contexte économique difficile, mais investir est une nécessité, car tôt ou tard, les gains sont là : service public de qualité, cadre de vie sain… et économies à la clé” a déclaré Cyrille Lakomy, directeur des services techniques de la Ville de Romainville (93).

La Ville investit beaucoup (construction d’une ‘cité maraîchère’ en devenir, extension du palais des fêtes, agrandissement et construction d‘écoles, construction d’un complexe sportif, aménagement d’un parc sur la couverture de l’autoroute A3…). Avec une petite équipe comme la nôtre, qui ne comporte que 3 ingénieurs, nous devons repenser notre façon de travailler !” avoue Cyrille Lakomy. “Cependant, cela peut paraître paradoxal dans un contexte économique difficile, mais investir est une nécessité, car tôt ou tard, les gains sont là : service public de qualité, cadre de vie sain… et économies à la clé. C’est ce qui fera la différence avec une autre collectivité pour attirer des administrés. A nous d’être ‘stratèges’ et d’entretenir de bonnes relations avec les élus afin de savoir objectivement ce qui est réalisable ou non” ajoute-t-il. Par exemple, en investissant dans des véhicules électriques (25 % de la flotte automobile actuelle), l’économie de carburant est
de 15 000 €/an.

 

la phrase

L’homme doit créer des alliances avec la nature, dont les synergies seront au bénéfice de la ville et du monde vivant… Ce qui me fascine, c’est de co-construire avec elle” a indiqué Nicolas Gilsoul, paysagiste-concepteur.

© Astrid di Crollalanza

Evolutive, adaptative et servicielle, la nature est un modèle à suivre, notamment pour imaginer la ville de demain. Nicolas Gilsoul en est convaincu. “En pleine crise de biodiversité, la ville est devenue un refuge, un bestiaire à la fois admirable et fragile. L’homme doit créer des alliances avec la nature, dont les synergies seront au bénéfice de la ville et du monde vivant… Ce qui me fascine, c’est de co-construire avec elle”. La nature, notamment la faune, est l’allié des villes. Rien qu’à Turin, en Italie, la Ville a économisé 800 000 €/an en ayant recours à l’écopâturage. “ Je crois qu’il faut davantage connaître la nature et ses services potentiels pour imaginer la ville de demain”.

la phrase

Le secteur des espaces verts est un secteur encore jeune et bénéficiant d’un important potentiel de croissance. Je sais que je peux compter sur la solidité des équipes en place pour l’avenir et nous allons continuer à recruter ” a indiqué Benoit Etienne, repreneur de la société Dairon, qui conçoit, fabrique et distribue du matériel de création et d’entretien des espaces verts.

Dairon SAS est reprise par EHF, holding familiale de Benoit Etienne. Dairon SAS conçoit, fabrique et distribue au travers de son réseau du matériel de création et d’entretien d’espaces verts depuis plus de 60 ans : des enfouisseurs/préparateurs de sols de toutes tailles dont la réputation n’est plus à faire, mais pas seulement : semoirs, engazonneurs, défeutreurs ainsi qu’un tout nouveau matériel de regarnissage présenté à Paysalia en décembre dernier : le Roog. Michel Dairon a dit : « j’ai choisi Benoit Etienne, repreneur personne physique, car il m’a convaincu par l’adéquation de son profil avec les besoins de la société actuels et futurs. Les fondamentaux de la société seront préservés et il saura également mettre en place de nouvelles dynamiques ». Suite à quoi, Benoit Etienne a ajouté : « c’est l’aboutissement d’un parcours de recherche de PME de 9 mois en ciblant des sociétés ayant des produits de niche, la maîtrise de leur chaîne de valeur et idéalement une présence à l’international dans l’environnement professionnel ou connexe à celui dans lequel j’ai évolué ces 25 dernières années ». Dairon SAS, avec ses produits de qualité Rotadairon, répondait parfaitement à cette équation. « Le secteur des espaces verts est un secteur encore jeune et bénéficiant d’un important potentiel de croissance. Je sais que je peux compter sur la solidité des équipes en place pour l’avenir et nous allons continuer à recruter ».