Archives de catégorie : Le chiffre

Le chiffre
3

Comme le nombre d’huiles essentielles retenues par l’Inra, dont l’application perturbe le comportement de la pyrale du buis.

Dans le cadre du programme SaveBuxus II, prolongeant l’étude de la pyrale du buis, des travaux menés par l’Inra UEFM (Avignon) ont permis de recenser 11 huiles essentielles, perturbant le comportement de la pyrale du buis.

Des travaux conduits précédemment en Allemagne ont permis d’évaluer leur impact sur la pyrale du buis. En conditions de laboratoire, certaines huiles essentielles présentent un effet toxique et/ou répulsif sur l’alimentation des chenilles et le comportement de pontes des femelles de papillon. Les travaux conduits par l’Inra dans le cadre de SaveBuxus II ont pour objectif de venir compléter les résultats obtenus en Allemagne, afin de permettre à terme de développer des produits insectifuges ou insecticides à base d’huiles essentielles. Sur la base d’une analyse de la bibliographie scientifique, 11 huiles essentielles ont été retenues pour les tests. Leur effet a été évalué sur chenilles jeunes et âgées, élevées sur rameaux de buis en boite d’élevage en chambre climatique. L’impact des huiles essentielles a été évalué en mesurant l’activité de consommation des buis par les chenilles.

Premier constat : en fonction du stade de développement, la consommation des chenilles varie. Les jeunes chenilles consomment moins que les chenilles âgées. Concernant les huiles essentielles évaluées, trois ont démontré un effet sur les chenilles de pyrale (sur l’activité de consommation de buis, sur le poids des fèces et/ou sur le poids des chenilles). Ces premiers résultats nécessitent d’être confirmés par des tests complémentaires pour valider l’effet observé.

Source : Save Buxus II.

0,11

Avec ULiB 750, Pellenc finit de renouveler l’ensemble de ses batteries. Compacte et légère (4,5 kg), ULiB 750 propose un ratio puissance/poids inégalé. Chargée, elle permet d’effectuer un travail équivalent à l’utilisation de 4 500 L d’essence et 67,5 L d’huile de mélange pour un coût journalier de fonctionnement estimé à 0,11 €HT. Elle peut assurer entre 2h30 et 1,5 jour de travail. Elle s’utilise avec un nouveau harnais de portage, qui permet de réaliser des travaux en toute liberté. ULiB 750 bénéficie des dernières avancées technologiques : un afficheur du niveau d’autonomie, un double-bouton réversible on/off, une possibilité de connexion par le haut ou le bas, des catadioptres et un écran clignotant pour une visibilité de nuit ou par conditions difficiles. Elle est recyclable à 80 %.

14,3

Comme la puissance nette, en kilowatts, de la mini pelle hydraulique 301.7 CR Cat®.

En savoir plus

La Minipelle hydraulique 301.7 CR Cat® fournit une puissance et des performances maximales dans un format compact pour vous permettre de travailler dans une large gamme d’applications. Des repose-poignets réglables et une option de siège à suspension vous permettent de travailler confortablement toute la journée. Les commandes sont faciles à utiliser et le moniteur LCD intuitif de nouvelle génération fournit des informations faciles à lire sur la machine. Il est encore plus facile de se déplacer sur le chantier grâce à l’option de direction de bras Cat. Passez facilement des commandes de translation traditionnelles avec leviers et pédales aux commandes par manipulateur par simple pression sur un bouton. Des efforts moindres et une meilleure maîtrise sont à portée de main ! Des performances de levage et de creusage puissantes vous permettent d’effectuer le travail plus rapidement. La conception compacte du rayon et le train de roulement escamotable vous permettent d’accéder et de travailler dans les zones les plus restreintes. Les caractéristiques d’excavation avec lame et de position libre permettent un nettoyage facile.

41

Comme le pourcentage des consommations électriques des collectivités qui est consacré à l’éclairage public.
Source : Ademe

La maîtrise de l’éclairage public est une source importante de réduction des consommations électriques. La vétusté des installations étant la principale cause de la surconsommation, l’Ademe incite les collectivités à renouveler leurs équipements d’éclairage, notamment avec des dispositifs à led.

En France, l’énergie consommée par l’éclairage public représente :

  • 41 % des consommations d’électricité des collectivités territoriales ;
  • 16 % de leurs consommations toutes énergies confondues ;
  • 37 % de leur facture d’électricité.

44

Comme le pourcentage de collectivités qui ont anticipé la restriction d’usages des produits phytosanitaires et qui n’ont pas vu leur mode de gestion impacté par l’application de la loi.

Source : l’Observatoire de la biodiversité végétale en ville 2019

En savoir plus

L’Observatoire de la Biodiversité végétale en ville revient aussi sur les conditions de la mise en œuvre du Zéro Phyto dans les collectivités territoriales. L’objectif Zéro Phyto a franchi une étape majeure au 1er janvier 2017 avec l’interdiction des produits phytosanitaires s’appliquant aux espaces publics. Pour nombre de répondants, l’anticipation a été un avantage significatif puisque 44% n’ont pas vu leur mode de gestion impacté par l’application de la loi. Des mesures similaires avaient déjà été mises en place.

203

Comme le CA, en millions d’euros, de 26 entreprises qui fabriquent et mettent sur le marché des produits phytosanitaires (dont le biocontrôle), des produits d’hygiène publique et des engrais, terreaux, matières fertilisantes.

L’UPJ (Union des Entreprises pour la protection des jardins et des espaces publics) rassemble 26 entreprises qui innovent, fabriquent et mettent en marché des produits phytosanitaires (dont le biocontrôle), des produits d’hygiène publique et des engrais, terreaux, matières fertilisantes à destination des jardiniers amateurs et des professionnels des espaces publics (JEVI). En 2018, ces entreprises ont généré un chiffre d’affaires de 203 millions d’euros (84 % pour le marché jardin et 16 % pour le marché professionnel). Ces 16 % du marché pro, soit 31,5 millions d’euros, se répartissent à 69 % pour les produits phyto et à 31 % pour les biocides.

30

Terres fertiles, un ambitieux projet… Une aventure qui a débuté à l’automne 2016 avec la Métropole de Lyon et sa direction de la Vallée de la Chimie quand elle a lancé ‘l’appel des 30’ à des entreprises désireuses de s’implanter sur les friches industrielles de la vallée de la chimie, entreprises qui doivent avoir une activité proche de l’environnement. Parallèlement à ce projet et compte tenu de la nécessité de protéger les terres agricoles, certains professionnels du paysage se sont saisis du sujet et s’organisent aujourd’hui pour fabriquer et produire de la terre fertile à partir des limons excavés. Une fois caractérisés comme fertilisables par la Métropole, ces limons seront de formidables gisements pour fabriquer des sols fertiles indispensables au paysage et à la nature en ville. Sous l’impulsion de Daniel Lachana (Green Style), 9 autres entreprises du paysage de la région lyonnaise (Terideal, Parc & Sport, Duc & Préneuf, Laquet, Chazal, Rhône Jardins Services, Espaces Verts des Monts d’Or, idverde, Jacquard) ont donc créé ‘Terres Fertiles’, holding d’une société d’exploitation SVTM (Société de Valorisation des Terres de la Métropole) pour travailler à cette fabrication de terres fertiles, sur 2 plateformes de démonstrations où seront testées, dans un 1er temps, 6 typologies de mélanges.

24 % en 2018 !

Pour la troisième année consécutive (+ 25 % en 2016 et en 2017), le marché du biocontrôle enregistre, en France, une croissance à deux chiffres avec des ventes en hausse de + 24 %, tant pour les filières agricoles que pour la filière JEVI (Jardins, Espaces Verts, Infrastructures).

En savoir plus

Ainsi le marché du biocontrôle  s’établit, en 2018, à 170 M€ conte 140 M€ en 2017 (le cuivre n’est pas intégré à ce périmètre) et représente plus de 8 % du marchéde la protection des plantes. « En maintenant ce taux de croissance, nous pourrions atteindre le cap des 15 % du marché dès 2021/2022 ! » souligne Antoine Meyer, Président d’IBMA France (Association française des entreprises de produits de biocontrôle qui représentent plus de 90 % du marché du biocontrôle en France). « Nous devons d’ores et déjà nous projeter au-delà et viser les 30 % à horizon 2030 ! » estime-t-il.
Les produits de biocontrôle sont « des agents et produits utilisant des mécanismes naturels dans le cadre de la lutte intégrée contre les ennemis des cultures. Ils comprennent en particulier :
– les macro-organismes ;
– les produits phytopharmaceutiques comprenant des micro-organismes, des médiateurs chimiques comme les phéromones et les kairomones et des substances naturelles d’origine végétale, animale ou minérale. (extrait de l’article L.253-6 du Code Rural & de la Pêche Maritime)

Selon le BIB 2018,  baromètre mesurant chaque année l’activité biocontrôle des membres d’IBMA France, les ventes de produits de biocontrôle réalisées en 2018 se répartissent ainsi :

  • Par famille de produits (en % du chiffre d’affaires).
    . Substances naturelles : 63 % du chiffre d’affaires ;
    . Médiateurs chimiques : 19 % ;
    . Macro-organismes : 11 % ;
    . Micro-organismes : 7 %.
  • Par catégorie de produits :
    . Insecticides : 39 %
    . Fongicides : 32 %
    . Herbicides : 16 %
    . Molluscicides : 6 %
    . Autres / Non précisé : 7 %

Pour la filière JEVI, les agents et produits de biocontrôle sont répertoriés selon leur usage dans le dernier Guide phytopharmaceutique (lien : https://www.placedupro.com/boutique/editions-professionnelles/guide-phytopharmaceutique-en-jevi-les-editions-de-bionnay-9096)

Destiné aux professionnels, techniciens, prescripteurs, paysagistes, agents des collectivités territoriales en charges des espaces publics, de la voirie et des espaces verts, intendants de terrains de sport et de golfs, formateurs, étudiants…, la dernière édition du Guide phytopharmaceutique en JEVI qui vient de paraître comporte un index Biocontrôle. Cet index ‘Biocontrôle’, ajouté à cette édition, permet de connaître le biocontrôle et ses divers modes d’action, tous les agents et produits de biocontrôle utilisables en J.E.V.I. (macro-organismes, micro-organismes, médiateurs chimiques, substances d’origine naturelle…) ; et leurs usages pour détecter, contrôler et réguler les populations.
Toutes les solutions de biocontrôle y sont classées selon leur usage : insecticide, herbicide, fongicide, divers ou 3D.

Indispensable à tous les professionnels, le Guide phytopharmaceutique en JEVI rassemblent toutes les solutions homologuées en France à usage professionnel :

– tous les produits phytopharmaceutiques homologués en J.E.V.I., en cultures ornementales et terrains de sports,
– les 420 produits et agents de biocontrôle, homologués en France,
– les produits classés UAB (utilisables en agriculture biologique) homologués en JEVI clairement identifiables au sein des index,
– les spécialités 3D pour satisfaire aux enjeux d’hygiène publique et lutter contre les nuisibles (moustiques, frelon asiatique, rats…).

540

Comme la perméabilité, en litres par seconde et par hectare, du ‘Pavé Coquillage’ d’Alkern.

Le secret du Pavé Coquillage d’Alkern réside dans sa composition : les granulats naturels non renouvelables sont en partie remplacés par des déchets de coquilles Saint-Jacques broyées. Le béton ainsi constitué est résistant, poreux, et parfaitement adapté à un usage urbain. Il s’inscrit dans une économie circulaire. Dimensions : 10 x 10 x 8 cm, 10 x 20 x 8 cm, 20 x 20 x 8 cm, 20 x 30 x 8 cm. De plus, disponible en blanc, ce pavé limite le stockage de la chaleur dans le revêtement. L’eau stockée dans les pores du produit participe également au rafraichissement des sols par évaporation.