Archives de catégorie : Pro des villes

La Roche-sur-Yon : défis et adaptation

Préfecture de la Vendée, La Roche-sur-Yon, comme les autres villes moyennes de l’Arc atlantique, voit son attractivité et son nombre d’habitants monter en flèche. L’extension des zones pavillonnaires pour répondre au besoin en logement, mais aussi les préoccupations environnementales, font alors grimper les surfaces végétalisées que le service Nature en ville gère de façon exemplaire, grâce à une réorganisation des équipes, pour une optimisation des moyens humains et matériels.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Octobre 2019, abonnez-vous

Deux services à part mais unis !

A Abbeville (80), le service Développement durable, incluant spécifiquement les espaces verts et la propreté urbaine, est volontairement distinct des services techniques, en partie mutualisés à la Communauté d’agglomérations depuis 2017. Dirigés respectivement par Mathias Broutin et Cathy Degouy, ces services n’en demeurent pas moins fonctionnels et travaillent ensemble sur des projets d’aménagements durables, conjuguant respect de l’environnement et équilibre budgétaire. Décryptage.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Octobre 2019, abonnez-vous

Landivisiau, naturelle et authentique

Sur la pointe bretonne, aux portes du Parc Naturel Régional d’Armorique, la ville de Landivisiau modernise, pas à pas, ses espaces publics, pour une plus grande accessibilité et pour plus
de nature en ville. Grâce à des élus impliqués et des agents motivés, les espaces se transforment donc, avec en ligne de mire le développement durable à l’origine de pratiques économes
en ressources naturelles, mais aussi en temps !

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Août-Septembre 2019, abonnez-vous

Regroupement communal :
partir de zéro !

Technicien en assainissement devenu directeur des services techniques de Sèvremoine, Emmanuel Lehuby a analysé toutes les pratiques, commune par commune, et évalué leur pertinence. Des économies ont pu être dégagées en réalisant des investissements intelligents (robots de tonte, hydromulching des espaces perméables difficiles d’accès…) et en reprenant en régie des travaux autrefois externalisés, à coût équivalent et pour un résultat attendu bien meilleur. Ces actions concrètes participent au développement de la motivation des équipes de terrain…

La Commune nouvelle de Sèvremoine, née de la fusion de dix collectivités déléguées du Maine-et-Loire (49) en décembre 2015, fête un anniversaire, celui de la première année de fonctionnement des services techniques, désormais communs. Partant d’une page blanche, Emmanuel Lehuby, directeur des services techniques, a tout organisé dans une logique d’efficience des ressources et des moyens à disposition (humains et techniques).

Avril 2017. Emmanuel Lehuby, directeur du patrimoine et de l’assainissement à La Communauté de communes Terres de Montaigu, en Vendée depuis 12 ans décide de donner un nouvel élan à sa carrière en intégrant la Commune nouvelle de Sèvremoine (du nom des deux cours d’eau qui traversent son territoire). “Avec mon expérience dans la gestion de l’ensemble du patrimoine vert et bâti de Terres de Montaigu, où j’ai notamment instauré la gestion différenciée afin d’adapter le niveau de service, j’ai fait le pari de mettre en place l’organisation de tous les services techniques d’une Ville issue du regroupement de dix communes appartenant à la Communauté de communes de Moine et Sèvre, au cœur du Maine-et-Loire” indique-t-il. Etirée sur 213 km², la Ville de Sèvremoine concentre aujourd’hui plus de 25 500 habitants, ce qui en fait la 4e commune du département. Un beau challenge pour celui qui démarra sa carrière en 1998 en tant que technicien en assainissement en Normandie, avant de passer le concours d’ingénieur territorial en 2005.

Organisation des services

Qui dit nouvelle commune dit organisation nouvelle des services techniques. “En binôme avec un élu, nous avons donc réalisé un audit des différents services dans chacune des communes existantes. Objectif : évaluer les forces en présence. Des rendez-vous individuels ont également été organisés avec tous les agents (compétences, ambition générale, attachement géographique à leur lieu de travail…). Ils avaient tous la possibilité de postuler à des fonctions supérieures” indique Emmanuel Lehuby. Aujourd’hui, la nouvelle organisation des services techniques s’appuie sur deux axes :
• le Pôle ingénierie, pluridisciplinaire, en charge des grands projets structurels dans la Ville (chantiers urbains et ruraux, aménagements de lotissements, création de bâtiments publics…) ;
• les nouveaux Centres Techniques ’Territoriaux’, au plus proche des périmètres d’actions. Au nombre de trois, le plus important étant situé dans le territoire urbain de l’ancienne commune de Saint-André-de-la-Marche, les centres sont dirigés individuellement par un chef de services, recruté en externe, qui a la charge :
– du service Espace Public : entretien des espaces verts, de la voirie, des voies douces, des lotissements… ;
– du service Bâtiment : maintenance de premier niveau, dépannage ;
– du service Proximité technique : réservation de salles, programmation d’évènements culturels ou sportifs, apports de moyens logistiques, entretien des locaux…
Au total, 90 agents travaillent aux services techniques (25 femmes et 65 hommes), dont 33 sont rattachés au service Espace Public. En ville, les agents sont facilement reconnaissables, car ils portent tous la même tenue vestimentaire. En effet, dans une logique d’économie circulaire, visant notamment à préserver les emplois locaux, les agents sont habillés par une entreprise locale, le Groupe Mulliez-Flory.

Changement de pratiques

En 2014, un premier plan de gestion différenciée a été mis en œuvre dans chaque commune déléguée. Celui-ci doit faire l’objet d’une nouvelle approche. “Les espaces de prestige sont à réviser, certains déclassés car leur périmètre est trop important au regard des usages et des besoins. Un agent, spécifiquement consacré au Plan de Gestion de l’Herbe a également été identifié dans l’organigramme mis en place, pour définir des stratégies d’amélioration. Cela a notamment concerné le fleurissement : agrandissement des massifs existants au détriment des jardinières et suspensions, plantation massive de bulbes et de vivaces à l’esthétique pérenne, intégration de l’arrosage automatique…” précise-t-il. A noter : les communes regroupées conservent leurs labels respectifs, de 2 à 3 fleurs.
Concernant les 11 cimetières gérés par la Ville, Emmanuel Lehuby a proposé d’investir dans la reconquête de ces espaces à forte sensibilité. “Pour tenter de désherber les sols sans utiliser de produits phytosanitaires, les collectivités doivent obligatoirement investir dans du matériel et des solutions de végétalisation” justifie le directeur des services techniques. “Rien que cette année, nous avons investi 150 000 € dans des solutions efficaces. Par exemple, le colombarium est désormais détouré d’un revêtement drainant. L’hydromulching permet aussi de végétaliser les espaces inter-tombes difficiles d’entretien”. Du côté des stades (18 en gazon naturel, 1 en stabilisé), tout est fait pour diminuer les coûts d’entretien, main d’œuvre comprise. “L’entretien des stades représente environ 3 000 heures de travail par an. Cette année, avec 30 000 €, nous allons investir dans des robots de tonte gérés en régie. Nous espérons ainsi dégager 700 heures de travail pour mobiliser les agents à d’autres tâches”. En parallèle, l’entretien des stades s’est ’remunicipalisé’ selon les propres termes d’Emmanuel Lehuby. “Avant le regroupement des communes, une entreprise était mandatée pour réaliser l’ensemble des opérations d’entretien : sablage, aération, défeutrage… C’était compliqué car le calendrier des interventions n’était pas toujours respecté. En même temps, les entreprises ne peuvent pas être sur tous les fronts ! Nous avons donc décidé de tout réaliser en régie et d’investir dans du matériel. Le coût des prestations réalisées par l’entreprise était de 35 000 € TTC/an. Cette somme a simplement été utilisée pour acheter du matériel. Le retour sur investissement est donc immédiat” explique-t-il. Toujours dans les stades, la fertilisation a été réadaptée. “En fonction des besoins réels du gazon, les doses ont été diminuées. La qualité des eaux de drainage, analysée par un laboratoire, prouve qu’il n’y pas de surconsommation de fertilisants. Résultat, la collectivité a économisé 7 000 €/an”.

Du matériel en commun

Le regroupement des services et des hommes a également induit celui du matériel. “A l’échelle de la ville, nous disposons d’un poids-lourd et de deux tractopelles. Nous formons aujourd’hui des agents à la conduite de ces engins. Quant aux matériels d’entretien portatifs, nous en avons peut-être trop à portée de main. Par exemple, nous avons 17 tronçonneuses, qui ne sont jamais utilisées simultanément” indique-t-il. Par ailleurs, la ville se densifie plus qu’elle ne s’étale, les surfaces à entretenir devraient se stabiliser. A ce sujet, “nous venons de finaliser notre PLU, qui indique clairement la densification des centre-bourgs. D’ici 2030, nous espérons compter plus de 32 000 habitants dans notre commune. En tout, 2 100 logements restent à construire, notamment sur d’anciennes friches et des délaissés privés. Nous faisons tout pour rendre la vie agréable à Sèvremoine” conclut Emmanuel Lehuby.

En bref :

• 25 500 habitants
• 360 km de voirie
• 19 stades (18 en gazon naturel, 1 en stabilisé)
• 50 aires de jeux
• 6 000 arbres (nombre non exhaustive)
• 4 800 points lumineux
• 90 agents (25 femmes, 65 hommes), dont 33 au service Espace Public
• Budget d’investissement (2019) : 9 M d’€ sur le budget
principal, dont 2 M d’€ pour les espaces publics et 200 000 € pour l’achat de matériels adaptés
• Budget de fonctionnement (2019) : 4 M d’€ environ,
dont 2 M d’€ sont gérés par les services techniques

Article du numéro de Août-Septembre 2019, abonnez-vous

Courchevel : des compétences multiples pour des missions diverses

En Savoie, Courchevel met le développement durable au cœur de sa politique municipale, pour affirmer une identité montagne attractive. Avec une population multipliée par 20 durant la saison hivernale, les services techniques s’organisent en conséquence pour répondre à une saisonnalité forte, entre viabilité hivernale, défrichage, fauche ou encore plantation d’espèces végétales adaptées. Des moyens conséquents pour des espaces verts de qualité et véritablement identitaires !

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Juin-Juillet 2019, abonnez-vous

Bassin de vie, territoire de solutions

Porte d’entrée du Parc régional des volcans d’Auvergne et du Pays du Grand Clermont, la Ville de Riom (63) est un bassin de vie dynamique et attractif, tant par la croissance modérée mais continue de sa population, que par ses infrastructures (sportives, commerciales et industrielles) et la qualité des services publics rendus. Si les budgets de fonctionnement stagnent, malgré, entre autres, une augmentation sensible des surfaces en espaces verts.
Caroline Montel, directrice des services techniques, investit intelligemment, avec des intérêts chiffrés, au sein d’une collectivité qui a récemment fait le choix de ‘démutualiser’ ses services.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Juin-Juillet 2019, abonnez-vous

Villeneuve lez Avignon, synergie et motivation

Aux portes du département du Gard, Villeneuve lez Avignon s’étend entre plaine alluviale du Rhône et garrigue, offrant une diversité d’ambiances et de paysages. Pour gérer cette variété d’espaces, entre ville historique au riche patrimoine bâti et zones naturelles
installées en périphérie, le service ‘Parcs et jardins’ a revu son organisation et ses pratiques, en lien avec une forte volonté municipale d’aller au-delà des exigences de l’État au sujet
du développement durable.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Mai 2019, abonnez-vous

Ecologie et économie : pas de séparatisme !

Bastide fluviale à égale distance de Bordeaux et de Toulouse, Villeneuve-sur-Lot (47) est l’archétype d’une cité historique au dynamisme remarqué, tant sur le plan touristique
qu’au niveau économique (150 PME, 450 commerces, 470 exploitations agricoles…). Autant dire, une ville attractive qui, depuis un an, peut compter sur l’expérience de Marianne Moga
pour diriger les services techniques et ainsi acquérir une nouvelle prospérité sur l’espace public. Ses priorités ont été de modifier l’organigramme des services, donner de nouveaux objectifs aux agents et placer l’écologie au cœur des stratégies.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Mai 2019, abonnez-vous

Saint-Brevin-les-Pins : canopée urbaine sur le littoral

Entre estuaire de la Loire et océan Atlantique, Saint-Brevin-les-Pins se déploie sous les frondaisons odorantes des pins maritimes. Dans ce cadre préservé grâce à une politique volontaire forte, il s’agit alors de trouver le juste équilibre pour combiner l’accueil des nombreux touristes et vacanciers et la préservation des massifs dunaires et boisés. Un compromis gagnant pour des pratiques plus durables !

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019, abonnez-vous

Propreté et embellissement, piliers du service public

Ville résidentielle par excellence, située à seulement 15 km de la capitale, Yerres (91) a tout d’une banlieue attractive : près de 6 000 logements collectifs (et autant de résidences individuelles), un tissu urbain cerné par deux forêts domaniales étirées sur plusieurs dizaines d’hectares (Sénart et La Grange), un cadre de vie relativement préservé et un niveau de propreté exemplaire.
Car depuis toujours, les services techniques, gérés depuis 2008 par Roger Davito, affichent deux priorités : l’embellissement et la propreté.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2019, abonnez-vous