Archives de catégorie : Végétal en ville

Le biocontrôle, agir durablement

VEV

Le biocontrôle est utilisé par les agents des communes pour faire face aux problèmes des ravageurs et des maladies, mais aussi lutter contre les adventices. L’évolution législative récente a favorisé son utilisation qui est aujourd’hui largement répandue chez les gestionnaires des collectivités, aussi bien au sein des serres de production qu’au niveau du patrimoine végétal de la ville.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Août-Septembre 2017, abonnez-vous

Enregistrer

La gestion des sols pauvres

vev

En ville, les sols sont soumis à de nombreuses perturbations modifiant leur fonctionnement initial. Face à l’évolution des réglementations et à la prise en compte de l’environnement dans le développement urbain, les pratiques changent et tendent vers une gestion raisonnée des sols, alors en bonne santé, participant à une ville verte.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Juin-Juillet 2017, abonnez-vous

Enregistrer

La fertilisation organique et raisonnée

fertilisation

La fertilisation organique est une bonne façon de maintenir un sol équilibré et plein de vie. Car oui, un sol est avant tout un système vivant qu’il s’agit d’entretenir afin de conserver sa qualité et d’avoir des végétaux en bonne santé. L’apport de matière organique doit toutefois se faire de manière raisonnée, la bonne dose devant être apportée au bon moment.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro d’Avril 2017, abonnez-vous

Pas à pas, la reconnaissance des biostimulants

L’utilisation des biostimulants est de plus en plus répandue, aussi bien dans le monde agricole que dans ceux du jardin et du paysage. Malheureusement, leur reconnaissance française est encore timide mais, impulsée par la dynamique européenne, la réglementation française commence à faire quelques pas timides en faveur
des biostimulants.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Mars 2017, abonnez-vous

Dardilly consolide sa trame verte et bleue !

biodiversite

Aux portes de Lyon, la commune de Dardilly allie urbanisation et préservation des espaces naturels et de la biodiversité. Pour conserver une image de ’ville-campagne’, l’équipe municipale et les services techniques mettent en œuvre une politique de soutien de la trame verte et bleue déclinée en de nombreuses actions.

Télécharger le guide “Atlas de la biodiversité communal”
en format pdf

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro des cahiers du Fleurissment
de Février 2016, abonnez-vous

 

Enregistrer

Enregistrer

Les nouvelles forces du gazon

gazon

Sécheresse à répétition, gestion écologique, baisse des budgets… les gestionnaires des espaces publics n’ont aujourd’hui plus d’autre choix que de composer avec ces enjeux. Pour les accompagner dans leurs efforts, les semenciers poursuivent les sélections et développent de nouvelles variétés performantes et toujours plus ciblées.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Novembre-Décembre 2016, abonnez-vous

Enregistrer

Enregistrer

Participez aux Trophées DECOROSIERS 2016

Sur le thème du «Bien-être au jardin», photographiez les rosiers Emera®, Opalia®, Celina®, Mareva®, Vesuvia®, Suneva®, Calizia®, Kadora® et Isalia® de la gamme Décorosiers plantés dans les jardins, les parcs ou les espaces verts.
805210d0-7920-4c07-8780-aabc48a2c3adPour participer, il suffit de prendre une (ou plusieurs) photo de Décororiers et de se connecter au site pour consulter le règlement et déposer vos photographies.
Les meilleures photos seront primées et leurs auteurs récompensés en tentant de gagner un très beau voyage d’une valeur de 1500 euros et de nombreux autres cadeaux.

Jusqu’au 1er septembre 2016 sur

www.decorosiers.com

Végétal en ville : Halte aux allergies !

En France, on estime entre 10 et 20 % la part de la population allergique au pollen. Ce chiffre est en constante augmentation, particulièrement en ville où, malgré une présence plus faible de la végétation comparativement à la campagne, la proportion de personnes allergiques est plus élevée. Une situation paradoxale qui tiendrait au fait que l’organisme des citadins serait plus sensible et donc plus réactif aux allergènes. La nécessité de rendre la ville plus confortable pour tous invite aujourd’hui les gestionnaires des espaces verts à réfléchir à des parades faces aux risques allergiques.

1Caractérisée par les mêmes symptômes que la rhinite, l’asthme ou la conjonctivite, l’allergie au pollen, appelée pollinose, est une maladie chronique qui affecte la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes. Cette maladie environnementale est due majoritairement aux espèces anémophiles dont la dispersion du pollen s’opère grâce au vent. Ces dernières libèrent des quantités de pollens plus importantes que les espèces entomophiles pour lesquelles les chances de fécondation sont plus élevées. Les pollens très légers des espèces telles que les bouleaux, peupliers ou aulnes peuvent ainsi être déplacés par le vent sur des centaines de kilomètres entraînant de vastes zones à risques allergiques.
Alors que les bienfaits de la végétalisation en ville ne sont plus à démontrer, nos arbres peuvent causer de véritables problèmes sanitaires. Comment gérer ces désagréments sans pour autant remettre en cause la présence de la végétation ?

...retrouvez l’intégralité de cet article dans Horticulture et Paysage n°171 Avril 2016  Je m’abonne