Images

Mon ‘idylle’ !

La gamme de mobilier urbain ‘Idylle’ (bancs, banquettes, fauteuils, tables…) de Sineu Graff, dessinée par le designer Arturo Erbsman, est une véritable invitation à la détente. La douceur des lignes, inspirée du monde végétal, mais aussi la noblesse des matériaux (fonte et bois), rendent l’ensemble confortable et très esthétique. La fluidité des courbes et la linéarité des assises, l’alternance de pleins et de vides, le poli des lattes de bois aux angles adoucis et la texture de la fonte sont autant de dialogues que la collection ‘Idylle’ propose.

Guide Phytopharmaceutique en J.E.V.I et des 3D – 2018-2019

Cette 18e édition du Guide Phytopharmaceutique en J.E.V.I. et des 3D presente tous les produits homologues en France, dont les agents et produits de biocontrôle (macro-organismes, micro-organismes, mediateurs chimiques, substances d’origine naturelle) et les produits classes UAB homologues en J.E.V.I.

Les produits sont répartis en 5 chapitres : Herbicides, Insecticides, Fongicides, Divers (adjuvants, colorants, antre-transpirants, baumes protecteurs…) et 3D (dératisation, désinsectisation…) et classés selon leur cible et leur substance active.

L’ouvrage présente :
– le point sur toute l’actualité règlementaire (lieux publics, arrêté du  4 mai 2017, LTE…) ;
– le répertoires alphabétique d’environ 824 spécialités commerciales et 277 substances actives ;
– 16 fiches techniques ;
– et plusieurs répertoires pratiques.

Conçu avec les experts de l’UPJ, pour tous les professionnels des espaces verts et des terrains de sport (applicateurs, techniciens, formateurs, paysagistes), c’est l’outil indispensable pour l’utilisation des produits phytopharmaceutiques conforme aux évolutions législatives.

Sondage

La brumisation comme parade à la canicule !

Face aux épisodes caniculaires qui ont sévi cet été, réchauffant ainsi l’air ambiant sur de longues périodes, quelles solutions envisagez-vous pour l’année prochaine ?

Planter davantage des arbres (climatiseurs naturels !) 21 %
Installer des systèmes de brumisation 57 %
Multiplier la présence de bassins et fontaines 22 %
Arroser les chaussées pour diminuer les températures locales 0 %

 

Pour contrer les prochains épisodes caniculaires, il semblerait que les gestionnaires d’espaces verts optent davantage pour des systèmes de brumisation. Planter des arbres fait partie des solutions envisagées, au même titre que la construction de nouveaux bassins et fontaines.

La phrase

« Nous pensons qu’il vaut mieux investir dans un mobilier durable, dont le coût d’amortissement sur sa durée de vie sera moindre, plutôt que proposer des produits dits ‘économiques’ et qu’il faudra remplacer au bout de 2 ou 3 ans car leur conception n’est pas adaptée » affirme Bruno Lebranchu, directeur de la société Accenturba, fabricant de mobiliers urbains.

Choisir du mobilier urbain n’est pas un acte anodin, mais réfléchi au regard des budgets alloués (achat et entretien) et des exigences esthétiques souhaités au sein des collectivités. «  Le compromis à trouver pour la collectivité réside à combiner confort et coût d’entretien réduit. L’acier est souvent la solution retenue même si de nombreuses collectivités restent attachées au bois et assument le coût d’entretien. Cela dit, cet entretien périodique n’est pas prohibitif car il s’agit simplement d’égrener la surface des lames et d’y appliquer une couche de lasure. Notre ligne de conduite quant à la conception de nos produit est inchangée. Nous ne proposons que des mobiliers qualitatifs avec un design soigné, une construction robuste adaptée aux exigences liées à l’utilisation en espace public et des coûts maîtrisés. Nous pensons qu’il vaut mieux investir dans un mobilier durable, dont le coût d’amortissement sur sa durée de vie sera moindre, plutôt que proposer des produits dits ‘économiques’ et qu’il faudra remplacer au bout de 2 ou 3 ans car leur conception n’est pas adaptée… ».

70

Le végétal absorbe mieux les rayonnements solaires que le surfaces minérales. Par exemple, une surface enherbée absorbe près de 70 % des rayonnements. Il ne faut donc pas hésiter, semons du gazon dans nos villes !
Source : Plante&Cité

Exteris® Stressgard® de Bayer, pour un gazon en bonne santé !

Exteris® Stressgard® de Bayer, le tout dernier produit Bayer pour l’entretien des gazons, est bien plus qu’un nouveau fongicide, il s’agit d’une innovation qui associe deux substances actives aux modes d’action différents et complémentaires (la trifloxystrobine et le fluopyram appartenant au nouveau groupe SDHI (inhibiteurs de la succinatedéshydrogénase). Exteris® Stressgard® s’applique à la fois en préventif et en curatif et agit sur les deux principales maladies du gazon (Dollar spot et Fusariose froide).

Avant E6, le chargeur électrique

Contrairement au chargeur E5, le chargeur électrique E6 du constructeur Avant fonctionne avec une batterie au lithium-ion. Ce modèle ultra-compact possède une transmission hydrostatique à 4RM. Connecté à divers accessoires hydrauliques, il est équipé du système de translation ‘Optidrive’™, assurant plus de puissance à l’avancement et pour le fonctionnement des outils. Débit hydraulique pour accessoire : 30 L/min. Capacité batterie : 14,5 kWh. Force d’arrachage : 1 350 kg. Autonomie : 2 à 4 h selon les travaux (1 h de charge).

Sondage

Stocker l’eau de pluie, votre meilleure parade pour lutter contre la sécheresse et continuer à arroser les gazons !

Quelle est, selon vous, la solution la plus raisonnable en matière d’arrosage des gazons pour lutter contre la sécheresse ?

Stocker l’eau de pluie 68 %
Installer des systèmes d’arrosage automatique 22 %
Utiliser l’eau de forage 10 %

 

Les gestionnaires des villes sont unanimes. Pour lutter contre la sécheresse, le meilleur moyen est de stocker les eaux pluviales. L’installation de systèmes d’arrosage automatiques est, à leurs yeux, la deuxième solution la plus pertinente pour continuer d’arroser tout en réalisant d’importantes économies en eau.

La phrase

La phrase de la semaine : « La forêt et les arbres sont pleins de mystères à découvrir. Les arbres nous inspirent, nous enrichissent et constituent une source inépuisable de connaissances dont on peut tirer profit, sous réserve que nous les intégrions dans nos priorités. Comprendre les arbres, révéler l’invisible, c’est-à-dire tous les bienfaits, parfois insoupçonnés, qu’ils apportent, c’est répondre aux enjeux actuels, notamment climatiques » soutient Ernst Zürcher, ingénieur forestier, enseignant-chercheur à la Haute Ecole spécialisée bernoise et chargé de cours aux écoles polytechniques de Zurich et de Lausanne.

« J’essaye de lever le voile des apparences et de révéler les bienfaits des arbres. Savez-vous que le diamètre des arbres augmente ou diminue en fonction des phases lunaires, qu’ils ont un ‘pouls’ mesurable, que l’odeur de l’humus a des propriétés euphorisantes chez l’homme, que les arbres sont interconnectés… ? (…) La forêt et les arbres sont pleins de mystères à découvrir. Les arbres nous inspirent, nous enrichissent et constituent une source inépuisable de connaissances dont on peut tirer profit, sous réserve que nous les intégrions dans nos priorités. Comprendre les arbres, révéler l’invisible, c’est-à-dire tous les bienfaits, parfois insoupçonnés, qu’ils apportent, c’est répondre aux enjeux actuels, notamment climatiques. Je crois que l’homme, et plus globalement l’humanité, a beaucoup à apprendre des arbres. Ils sont plus que jamais utiles, surtout en ville, même si l’écosystème urbain est quelque peu ‘tronqué’. L’arbre est la pièce maitresse des écosystèmes. La preuve, la nature en met partout, y compris en ville… Il n’y a qu’à observer les friches urbaines, où des arbres s’implantent bien souvent sur des sols pauvres. C’est le début d’un écosystème ».