Images

‘Revêtements des espaces publics’ : le nouvel ouvrage du Cerema

L’aménageur de l’espace public urbain dispose d’un grand nombre de matériaux, de finitions et de couleurs variées qui doivent lui permettre de répondre au mieux aux exigences grandissantes des maîtres d’ouvrage et des usagers en matière de durabilité, de sécurité, d’esthétique et d’environnement. Le but de cet ouvrage de 172 pages est de présenter toute la palette des matériaux disponibles et de donner aux maîtres d’œuvre des outils pour faciliter leur adéquation avec les usages envisagés et le lieu où ils sont mis en place. Il présente les principaux critères qui entrent en considération dans le choix d’un revêtement. Il décrit, pour chaque type de revêtement, le domaine d’emploi, les caractéristiques du matériau, ses performances, les précautions de mise en œuvre et les contraintes d’exploitation et d’entretien. Un ouvrage à commander rapidement !

Le GS/PUMA 35D R-TK sort les griffes !

Au titre des nouveautés, on note l’arrivée du GS/PUMA 35D R-TK de Saelen, un broyeurs multi-végétaux sur chenilles radiocommandé. Ce modèle, pouvant accueillir des végétaux et branches jusqu’à 16 cm de diamètre. Ses ‘plus’ : une voie variable de 1 400 à 1 900 mm, deux vitesses d’avancement (2,5 et 5 km/h), un correcteur d’assiette jusqu’à 30 °C et un large tapis ameneur de 40 cm muni de griffes.

MBR50, ou le désherbage écologique selon Etesia

Equipé d’un moteur Honda GXV 160 de 3,6 kW, le nouveau désherbeur mécanique MBR50 d’Etesia est performant (protection latérale escamotable, brins tressés interchangeables individuellement et sans outils) et confortable (guidon ergonomique repliable, roue avant réglable en hauteur…). D’un poids de 55 kg, cet outil à blocage différentiel possède 6 positions de travail. Largeur de travail : 50 cm.

sondage

Sécheresse, inondations… : différentes solutions engagées en 2019 !

Qu’allez-vous faire en priorité l’année prochaine pour contrer la sécheresse, les inondations… ?

Multiplier le nombre d’espaces verts 30 %
Préférer les résines et béton drainants aux sols imperméables 22 %
Créer des bassins de rétention 22 %
Récupérer les eaux de pluie 26 %

 

Les consciences s’éveillent et des projets semblent programmés en 2019 pour lutter contre la sécheresse, les inondations… Toutes fonctionnelles, les solutions semblent toutefois partagées d’une collectivité à l’autre.

La phrase

La phrase de la semaine : « Fabricant de nos propres pièces, nous en avons un stock important et pouvons répondre rapidement à toutes les demandes. Vous avez une machine Gruau de 10 ans ? Pas de problème, nous avons toutes les pièces qu’il vous faut. Ce qui fait que nos machines sont non seulement de qualité, mais durables. Elles sont conçues par fonctionner pendant longtemps » indique Frédéric Deboudt, responsable commercial et marketing de la société Gruau, fabricant de matériels pour espaces verts.

En savoir plus

Depuis 25 ans, l’entreprise Gruau Espaces Verts imagine, conçoit et fabrique du matériel uniquement dans la région Centre-Val de Loire. Spécialisée dans la fabrication de matériels destinés à l’entretien des espaces verts, la société propose des machines de qualité et, qui plus est, 100 % françaises.

A partir de conceptions 3D réalisées sur les logiciels ‘Autocad’ et ‘Solidworks’, toutes les machines sont fabriquées avec des feuilles d’acier de très haute qualité, de 0,5 à 20 mm d’épaisseur, et, dans une moindre mesure, d’aluminium. Un duo idéal pour mettre au point des outils à la fois résistants et légers. D’autant plus que la plupart des pièces sont ‘embouties’, c’est-à-dire formées d’un seul tenant, d’où leur légèreté. Par ailleurs, l’entreprise dispose d’un service pièces détachées. « Etant fabricant de nos propres pièces, nous en avons un stock important et pouvons répondre rapidement à toutes les demandes. Vous avez une machine Gruau de 10 ans ? Pas de problème, nous avons toutes les pièces qu’il vous faut. Ce qui fait que nos machines sont non seulement de qualité, mais durables. Elles sont conçues par fonctionner pendant longtemps »

Arrosage des jeunes arbres : les conseils des pépiniéristes

Le bilan de l’été 2018 confirme les inquiétudes : des jeunes arbres n’ont pas survécu, faute d’un arrosage efficient. D’autres, pourtant plus âgés, ne passeront pas l’hiver. Autant dire, des plantations et donc des investissements perdus pour les collectivités. Comment assurer la reprise des plantations ? Quelles méthodes d’arrosage sont à prioriser ? Comment rendre l’arbre autonome sur le plan hydrique ? Des pépiniéristes expérimentés donnent de précieux conseils.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Novembre-Décembre 2018, abonnez-vous

Nécessaire fertilisation des arbres pour une reprise assurée !

Pour favoriser la reprise des arbres, une fertilisation juste et raisonnée est nécessaire pour que l’arbre puisse surmonter la transplantation et s’ancrer mieux dans le sol, en favorisant le développement racinaire. A la plantation et durant les deux années suivantes, la fertilisation des arbres permet ainsi de contrebalancer le fonctionnement artificiel et l’hétérogénéité des sols urbains. Conseils pour une fertilisation raisonnée.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Novembre-Décembre 2018, abonnez-vous

Patrimoine arboré menacé, comment lutter ?

On assiste actuellement à une augmentation de la diversité et des populations de ravageurs qui mettent à mal notre patrimoine arboré. Charançon rouge, mineuse du marronnier, processionnaires du pin et du chêne… tous s’attaquent aux formes paysagères patrimoniales qui dessinent nos villes et nos campagnes. D’intérêt public, la lutte est nécessaire et soumise à des réglementations précises, qu’elle soit mécanique, biologique ou encore chimique, cette dernière s’inspirant de processus naturels.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Novembre-Décembre 2018, abonnez-vous

Santé et environnement : les produits biocides contre les rongeurs

Avec le réchauffement climatique, les épisodes d’inondation, la multiplication des espaces verts en ville, l’accroissement des déplacements internationaux et les politiques de propreté
et d’hygiène insuffisantes, les nuisibles se multiplient et on assiste à une recrudescence des rats dans toutes les grandes villes de France. C’est d’autant plus problématique que la prolifération atteint des records : un couple de rat peut être à l’origine de 5 000 descendants par an !

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Novembre-Décembre 2018, abonnez-vous