Images

L’Unep se retire de l’Adivet, l’association française des toitures végétalisées

L’Union Nationale des Entreprises du Paysage confirme son retrait de l’association française des toitures végétalisées, l’Adivet, dont elle était adhérente depuis dix ans. En cause, notamment, le défaut de représentativité existant au sein de l’association. Pour davantage d’explications, rendez-vous sur : www.lesentreprisesdupaysage.fr

Décès de Patrice Fustier, créateur des Journées des Plantes de Courson

Créateur en 1982 avec son épouse Hélène des Journées des Plantes de Courson, l’amical rassemblement d’amateurs passionnés est devenu, grâce à leur intuition et à leur passion, un rendez-vous incontournable de l’horticulture européenne. Pendant toutes ces années, son talent, son inépuisable énergie, et son attachante personnalité a fédéré nombre de passionnés, qui s’y sont retrouvés dans une ambiance amicale et chaleureuse, pour transmettre les savoir-faire de l’horticulture, défendre la diversité végétale et partager les plaisirs du jardin.
Ce concept unique, créé par ce visionnaire de génie, largement copié depuis, a permis la création d’un lieu de rencontres privilégié entre des exposants présentant des gammes de végétaux exceptionnels et un public d’amateurs, du plus néophyte au plus professionnel. Conscients de l’importance de la transmission de cet événement devenu ‘culte’, Patrice et Hélène l’ont confié en 2015 à la Fondation du Domaine de Chantilly. Patrice avait aussi été de 2006 à 2016 membre du conseil d’administration de la Fondation, s’impliquant avec passion pour le développement du Domaine de Chantilly et en apportant sa sensibilité pour le parc.

Ville Active & Sportive : top départ

Le nouveau millésime du label ‘Ville Active & Sportive’ est lancé. Les Villes participantes ont jusqu’au 15 octobre 2018 pour envoyer leur candidature et espérer rejoindre les 300 villes labellisées des deux précédents millésimes. Alors que les pratiques sportives sont en pleine mutation, le rôle des collectivités locales est essentiel pour rendre accessible et développer l’activité physique et sportive chez les Français, mais également pour contribuer à faire des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 une perspective partagée par toutes et tous. Pour cela, le label ‘Ville Active & Sportive’ récompense les politiques publiques ambitieuses des communes en faveur du développement du sport pour tous. Dans cet objectif, la FDJ, acteur engagé depuis plusieurs années dans l’univers sportif, a souhaité accompagner le développement du label ‘Ville Active & Sportive’. FDJ s’inscrira dans une démarche de promotion des territoires par la mise en valeur du label et des villes lauréates, et de promotion de l’activité et physique accessible pour toutes et tous.

www.unionsportcycle.com

La berce du Caucase : une plante dangereuse !

D’une hauteur moyenne de 2 à 4 m, cette plante invasive, apparemment inoffensive, est redoutée à cause de sa sève phototoxique, pouvant provoquer de graves brûlures et lésions cutanées. Présente aux bords des rivières, sur le bas-côté des routes mais aussi dans les jardins privés et publics, elle fleurit en juin/juillet, le moment opportun pour éliminer les poches de graines non matures. L’ombelle principale, d’environ 50 cm de diamètre, se compose de 50 à 150 rayons, qui portent chacun une ombellule. La lutte contre cette invasive, dotée de feuilles gigantesques, nécessite des équipements de protection appropriés.

Sondage

Les professionnels préfèrent aussi bien les broyeurs à couteaux, à fléaux que mixtes.

Broyeurs, êtes-vous plutôt… ?

Couteaux 36 %
Fléaux 31 %
Les deux… 33 %

 

Au regard des résultats, il semblerait que les professionnels préfèrent aussi bien les broyeurs à couteaux, à fléaux que mixtes, malgré une préférence légèrement supérieure pour les modèles équipés de couteaux. Quoi qu’il en soit le choix des éléments de coupe dépend d’un certain nombre de paramètres : objectifs recherchés (BRF, plaquettes…), végétaux à broyer (ligneux, bois sec, humide, vert…)…

La phrase

« Les gens veulent retrouver des liens avec la nature, et les villes où il fait bon de vivre sont celles qui n’ont pas perdu le lien avec leurs racines » soutient Erik Orsenna, économiste, écrivain, et membre de l’Académie Française.

En savoir plus

Dans le cadre du programme européen ‘Green cities for a sustainable Europe’ et à l’occasion de l’événement ‘Jardins, jardin’, qui s’est tenu au jardin des Tuileries à Paris du 31 mai au 3 juin, Mikaël Mercier, président de VAL’HOR, l’Interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage, a donné un éclairage sur les défis liés à la cité verte lors d’un déjeuner-débat autour d’Erik Orsenna, économiste, écrivain, et membre de l’Académie Française.

Actuellement, 83 % des Français vivent en zone urbaine. Mais, ils n’abandonnent pas pour autant leur besoin de présence végétale. « Les gens veulent retrouver des liens avec la nature et les villes où il fait bon de vivre sont celles qui n’ont pas perdu le lien avec leurs racines ». Erik Orsenna a ainsi rappelé la nécessité de recréer du lien entre les êtres humains et les autres ‘participants à la vie’, c’est-à-dire le végétal, la biodiversité, les paysages… La preuve en est que les villes où il fait bon vivre sont des villes où une attention particulière est portée au végétal. Ce sont des villes où ‘le lien n’a pas été rompu’.

La notion de décompte

Le droit des marchés publics est juridiquement encadré par les textes, mais aussi les “contrats” types que sont les divers Cahiers des clauses administratives générales et notamment le “CCAG travaux”. La terminologie utilisée par les acheteurs publics, mais aussi les partenaires du maître d’ouvrage n’est pas toujours claire, notamment sur la notion de décompte.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Juin-Juillet 2018, abonnez-vous

Point sur les espèces animales envahissantes nuisibles

Les espèces exotiques envahissantes (EEE), qui regroupent espèces végétales et animales, présentent une menace pour la biodiversité et sont souvent nuisibles pour la santé humaine avec d’importants impacts économiques. C’est pourquoi les règlementations européennes et françaises s’accordent pour lutter contre ces espèces, notamment animales, qui surpeuplent et déséquilibrent les milieux naturels.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Juin-Juillet 2018, abonnez-vous

Arroseurs : s’il fallait n’en choisir qu’un…

Assurer la réussite d’un système d’arrosage automatique et, indirectement, rentabiliser les investissements engagés, passe inévitablement par la sélection d’arroseurs escamotables à turbine de qualité, adaptés avec précision aux besoins et à la configuration du secteur à irriguer. Entre les arroseurs ½, ¾ ou 1 pouce, ceux qui génèrent une pluviométrie de 10 à 15 mm/h et fonctionnent à des pressions variables de 2,5 à 8 bars, le(s)quel(s) choisir ? Quelles sont les références du marché ? Les géants du secteur présentent leurs modèles phares en espaces verts, autrement dit les indispensables pour arroser les gazons.

Retrouvez l’intégralité de l’article
dans le numéro de Juin-Juillet 2018, abonnez-vous